Une ligne de voiliers-écoles entre Le Havre et St-Pétersbourg

28/05/2017 16:46

 

Le 24 mai 2017

 

Monsieur Jean-Charles Duboc

Pilote B747 retraité (Air France)

à

Monsieur Edouard Philippe

Premier Ministre

Hôtel Matignon
57, rue de Varenne
75700 Paris SP 07

 

Copie : Monsieur Alexandre Orlov

Ambassadeur de Russie en France

 

Monsieur Alexis Kohler

Secrétaire général

Palais de l'Élysée

 

Monsieur le Premier Ministre,

 

Vous trouverez, avec la présente, le descriptif du projet Euroclippers qui a pour ambition d’apporter une formation maritime et humaine aux jeunes Français par la navigation en équipage, en haute mer, à bord de grands voiliers-écoles, le long des côtes européennes, en navigations océaniques et en circumnavigation.

 

Ce projet est extrêmement ambitieux, mais réaliste.

Il reprend ce qui a été fait aux Pays-Bas avec la construction du « Stad Amsterdam » à l’initiative de Randstadt et de la ville d’Amsterdam.

La rentabilité est assurée car ce navire navigue depuis l’an 2000 en embarquant des passagers pour les destinations les plus variées.

 

Il s’agir de faire la même chose en reprenant le même type de navire et en assurant une rentabilité par la location à des entreprises qui y trouveront un prestigieux moyen de communication.

J’ai présenté ce projet à la Région Normandie, mais il m’a été répondu qu’il était d’ampleur nationale.

C’est la raison pour laquelle je vous écris.

 

La visite de M. Vladimir Poutine à Paris le 29 mai prochain m’incite à développer une partie du projet en proposant de créer une ligne de Clippers entre Le Havre et St-Pétersbourg.

Un tel projet permettrait de rapprocher la France de la Russie en permettant à des jeunes Français, à des jeunes Européens, d’embarquer chaque été sur des voiliers qui feront des escales le long des côtes de la Mer du Nord, de la Baltique, pour finalement découvrir St-Pétersbourg.

 

En tant qu’ancien maire du Havre, vous serez séduit par cette idée car il faut faire rêver les jeunes et leur donner la possibilité de découvrir la planète, de faire partie d’un équipage, d’affronter le danger, de respecter des règles de vie indispensables à bord d’un navire, de devenir des citoyens du Monde.

Concernant le financement, je me permets de mettre en copie M. Alexis Kohler, secrétaire général de l’Elysée, dont la connaissance du financement et de l’armement de navires permettront de cerner rapidement si ce projet est réaliste, dans quelles conditions, quelles sont ses implications sociales (il y a une version uniquement éducative financée par mécénat), quelles sont les conséquences industrielles pour nos chantiers navals, quelles sont les conséquences diplomatiques car ces navires seront aussi des ambassadeurs de notre pays, etc…

 

Un financement par quirats est le plus adapté.

Il permettra aux grandes entreprises d’investir dans un projet magnifique, et rentable, qui pourra être reproduit dans chaque région maritime de Métropole ainsi que dans les collectivités d’Outre-mer.

 

Concernant la construction navale, j’estime le marché national à une quinzaine de navires pour un investissement d’environ 500 millions d’euros.

Une charge de travail bienvenue pour nos chantiers de taille moyenne qui y trouveront aussi un nouveau savoir-faire.

 

Le projet est suffisamment développé pour être lancé rapidement.

 

Les Français et les Françaises attendent beaucoup d’Emmanuel Macron, Président de la République, et de votre gouvernement.

Cette idée, si elle est retenue, aurait des répercussions planétaires car aucun pays n’a eu l’idée de construire des grands voiliers-écoles en série pour les entreprises et les jeunes.

 

Un projet simple à réaliser comme je l’ai souvent expliqué en créant il y a de nombreuses années le laboratoire d’idées « Les Clippers de Normandie ».

Mais, jusqu’à maintenant, il manquait la volonté politique.

 

Ce projet est aussi parfaitement adapté au développement de l’Union Européenne qui a besoin d’un nouveau symbole pour repartir sur des bases différentes.

 

J’espère que le « projet Euroclippers » retiendra votre attention.

 

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma plus haute considération.

 

Jean-Charles DUBOC

 

 

 

 

 

—————

Précédent