Mains invisibles II : Chapitre XXX : Harry Harrison…

07/09/2015 15:01

 

Chapitre XXX : Harry Harrison…

 

Et le Pape

 

Avertissement : Vous l’aviez compris, ceci n’est qu’un roman, une fiction, une « pure construction intellectuelle », sortie tout droit de l’imaginaire de son auteur.

Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies), y compris sur la planète Terre, y est donc purement, totalement et parfaitement fortuite !

 

« – Paul vous a parlé de mon petit souci en Mer de chine.

– L’histoire du drone qui abat un missile coréen ? Oui. J’ai fait mon enquête. À part les coréens du nord et un awacs américain en patrouille plus au sud-ouest, il n’y avait aucun autre avion militaire.

Et l’awacs a bien détecté les Mig coréens et deux missiles tirés par eux. Mais rien d’autre.

Vous en concluez quoi ?

Parce qu’on m’a dit aussi que vous avez eu quelques contacts… disons « exogènes » des plus curieux. Et vous savez que je suis féru de toutes sortes et formes d’ésotérisme.

Est-ce en rapport avec votre drone ? »

Il n’ose pas dire qu’il n’était là que pour ça…

 

« – Ça je n’en sais rien. En revanche, le reste n’a pas eu l’air d’intéresser notre ami commun.

– Et de quoi s’agit-il, d’après vous ? »

Pour le drone-fantôme ou pour le « reste » ?

Pour les deux…

« Je ne sais pas comment vous dire ça, mais il me semble que notre planète est sous surveillance extraterrestre. Ça peut vous paraître dément, parce que les voyages interstellaires semblent tellement inaccessibles, que ça dépasse notre entendement. »

Mais non, il n’est pas surpris…

« D’où pensez-vous que l’ésotérisme des francs-maçons, dont je suis et reste une des autorités mondiales de référence, tout comme vous depuis la distinction papale que vous avez reçue du Pape Benoît XVI (là, il fait référence à « l’Ordre Suprême de Notre Seigneur Jésus Christ », cf. « Mains invisibles », aux éditions « I-Cube »), même si c’est  ce n’est pas la seule source, se nourrit donc ?

Nous avons nos propres auteurs, souvent oubliés, qui nous ont laissé des traces de « contacts » avec des intelligences jugées supérieures.

Et ils nous arrivent d’en gloser aimablement pour éduquer nos plus jeunes ! »

Supérieures, Paul ne sait pas.

Extraterrestre non plus.

« – Alors ? Qu’est-ce donc.

– Notre futur ! »

Harry n° 4 ne semblait pas s’attendre à cette révélation-là !

Il en reste pantois…

« Vous êtes sûr ? »

Et quoi d’autre ?

Et Paul fait un bref résumé de ses aventures avec « Birgit ».

 

« Je résume : d’abord une visite chez moi à Paris alors que tout le monde cherche ma femme. Elle, elle sait où elle est, et avec une précision toute militaire et millimétrique.

Elle a des photos qui n’existent pas et qui se révèleront être des authentiques, ultérieurement.

Elle m’annonce la naissance de mon fils plus de huit mois avant. Et sans compter son retard à la détente. Qu’il en avait tous ses cheveux et des ongles au bout de chaque doigt.

Je la retrouve à Barcelone pour m’annoncer le crash de l’A320 allemand dans les alpes.

Elle me fait remettre des amphétamines de guerre qui n’existent pas pour mon séjour en Corée, alors que je n’ai pas encore envisagé d’y aller.

Je la retrouve donc chez moi dans ma cave en Normandie et elle me fait faire un « retour dans le passé », non pas une fois, mais trois fois, pour m’aider à libérer mon épouse.

Et c’est moi qui me fais remettre à moi-même et par son intermédiaire spatio-temporel la formule d’un procédé technique d’ionisation de plasma autour du « 002 » auquel je n’avais aucune idée.

Fort là !

Avouez que déjà, si je délire en mythomane-total, elle m’annonce en plus qu’elle va vivre le déroulé de toutes ses intervention « à l’envers » et semble réellement ignorer ce que moi j’ai vécu de mon côté en amont avec elle.

Quand même curieux. »

 

« Je vais vous dire, je ne vous crois pas un seul instant. Mais… il serait intéressant que vous exposiez ce que vous venez de me dire à l’occasion de quelques tenues-blanches que nous pourrions organiser ici où là dans un avenir proche.

Parce que ce que vous dites est très intéressant : soit vous êtes vraiment un grand malade qu’il faudrait envisager de soigner, quitte à vous ôter ces travers géniaux qui vous font inventer avant coup des solutions à vos propres problèmes techniques, et votre conscient refuse d’admettre que vous en êtes le véritable géniteur jusqu’à en inventer, pour se justifier, des histoires abracadabrantes, soit vous êtes vraiment un « distingué » parmi les distingués.

Ce que nous savions déjà !

Disons un « chanceux » pour ne pas écorcher votre modestie naturelle.

Pour ma part, je retiens l’aspect positif si vous me dites le vrai : c’est que l’humanité a un avenir, même lointain.

Mais ça aussi, je le savais, par auto-persuasion peut-être, mais depuis très longtemps.

Depuis toujours en fait.

C’est pourquoi je vous propose de participer à quelques-unes de ces réunions à organiser. »

Pour jouer le rôle du clown ?

De l’animal de cirque ?

Du con du dîner du même nom ?

Pas question !

« Mais il ne s’agit pas de ça… »

Quand Paul se braque, il se braque : c’est non !

« – Déjà votre petite fête « improvisée » au palais des Doges avec tous vos potes à vous…

– … Il y avait aussi Allen !

– … Venu exprès pour faire valoir « le produit » : c’est non ! Je ne vous ai rien dit, Monsieur Harrison.

– Vous avez tort. On peut vous aider, mais vous pouvez aussi nous aider à comprendre ce monde que nous essayons d’améliorer tous les jours. »

 

D’ailleurs il va à Rome rencontrer ces éminences papales qui préparent la prochaine encyclique.

« – C’est l’année du sommet climatique qui va se tenir à Paris en décembre prochain. Le COP 21. Et on cherche à mobiliser les autorités morales pour qu’elles émettent un point de vue.

– Et vous croyez que le Pape François a une quelconque compétence pour parler du climat mieux que les experts et autres catastrophistes, vous ?

Mais laissez-le prier pour les affligés et les « sans dents » de la planète, le pauvre ! »

 

Une tête de mule ce « Charlotte ». Mais c’est peut-être « son » talent à lui en pense Harry n° 4 alors qu’il réfléchit à leur conversation récente dans son avion.

Il a peut-être été un peu brutal : « le futur » guiderait-il les générations présentes ?

Voilà qui est intrigant.

Et pourquoi pas, finalement ?

En tout cas ça expliquerait bien des choses que peu connaissent de l’Histoire de l’humanité…

 

Harrison ne rencontrera pas le pape, en revanche, il échangera avec quelques cardinaux docteurs de la foi.

« Cher ami, tout cela répond aux attentes de chaque époque. Au moyen-âge on invoquait le malin à chaque tourment inexpliqué. La Sainte Église a inventé l’Inquisition et a torturé vraisemblablement de nombreux innocents, par ignorance.

Hier encore, en plein guerre froide, jusqu’à la futurologie du moment, on évoquait la destruction massive. Aujourd’hui, vous voulez faire trembler de terreur le monde occidental face aux défis écologiques à relever.

Et le doigt de Dieu, dans tout ça ?

Et la destinée de l’Homme, Sa créature d’amour et de Miséricorde ? »

Et le futur ?

 

« Le futur est à venir. Et Dieu y veillera comme il a toujours veillé sur son Église, sainte, Romaine, apostolique et universelle, et … sur Sa créature.

Ne vous en faites donc pas Monsieur le Souverain Grand Inspecteur Général ! »

Pas question, dans ces conditions de parler de « Charlotte », bien naturellement…

 

D’autant que l’encyclique une fois publiée à la mi-juin sème le trouble chez bien des croyants : elle était déjà prête avant la venue à Rome de Harry junior n° 4, en pense-t-il.

Intitulée « Laudato si » on en retiendra qu’elle reconnait explicitement le réchauffement climatique.

Le pape appelle le monde à une « conversion écologique » radicale, reposant non pas sur un « juste milieu » entre développement durable et développement économique, doctrine vaticane « officielle » jusque-là, mais visant une rupture de société où la vie serait désormais fondée sur la « sobriété ».

Les économies du nord assumeraient donc une « décroissance » pour envisager un avenir «soutenable » par solidarité avec les pays du sud envers qui ils ont une « dette écologique ».

Devant l'échec des sommets climatiques successifs, sa Sainteté François prône également la constitution d'une institution internationale capable de « sanctionner » le cas échéant les pays pollueurs.

Et tout le monde aura noté que c’est la première fois qu'un Pape aborde ce sujet avec une telle radicalité. 

 

Quelques phrases clés :

« J'adresse une invitation urgente à un nouveau dialogue sur la façon dont nous construisons l'avenir de la planète. Nous avons besoin d'une conversion qui nous unisse tous, parce que le défi environnemental que nous vivons, et ses racines humaines, nous concernent et nous touchent tous. »

 

« Il existe un consensus scientifique très solide qui indique que nous sommes en présence d'un réchauffement préoccupant du système climatique (…). L'humanité est appelée à prendre conscience de la nécessité de réaliser des changements de style de vie, de production et de consommation, pour combattre ce réchauffement ou, tout au moins, les causes humaines qui le provoquent ou l'accentuent. »

 

« Il y a, en effet, une vraie « dette écologique », particulièrement entre le Nord et le Sud, liée à des déséquilibres commerciaux, avec des conséquences dans le domaine écologique, et liée aussi à l'utilisation disproportionnée des ressources naturelles, historiquement pratiquée par certains pays. »

 

« La faiblesse de la réaction politique internationale est frappante. La soumission de la politique à la technologie et aux finances se révèle dans l'échec des Sommets mondiaux sur l'environnement. »

 

« Tout est lié (…). Toute approche écologique doit incorporer une perspective sociale qui prenne en compte les droits fondamentaux des plus défavorisés. (…). Puisque tout est lié, la défense de la nature n'est pas compatible non plus avec la justification de l'avortement (…), la dégradation de l'environnement et la dégradation sociale, s'alimentent mutuellement. » 

 

« Le XXIème siècle, alors qu'il maintient un système de gouvernement propre aux époques passées, est le théâtre d'un affaiblissement du pouvoir des États nationaux, surtout parce que la dimension économique et financière, de caractère transnational, tend à prédominer sur la politique. Dans ce contexte, la maturation d'institutions internationales devient indispensable, qui doivent être plus fortes et efficacement organisées, avec des autorités désignées équitablement par accord entre les gouvernements nationaux, et dotées de pouvoir pour sanctionner. »

 

« L'heure est venue d'accepter une certaine décroissance dans quelques parties du monde, mettant à disposition des ressources pour une saine croissance en d'autres parties. »

 

« Les prévisions catastrophistes ne peuvent plus être considérées avec mépris ni ironie. Nous pourrions laisser trop de décombres, de déserts et de saletés aux prochaines générations. Le rythme de consommation, de gaspillage et de détérioration de l'environnement a dépassé les possibilités de la planète, à tel point que le style de vie actuel, parce qu'il est insoutenable, peut seulement conduire à des catastrophes. »

 

« C'est un retour à la simplicité. La sobriété, qui est vécue avec liberté et de manière consciente, est libératrice. Ce n'est pas moins de vie, ce n'est pas une basse intensité de vie mais tout le contraire. Le bonheur requiert de savoir limiter certains besoins qui nous abrutissent, en nous rendant ainsi disponibles aux multiples possibilités qu'offre la vie. L'heure est arrivée de réaliser que cette joyeuse superficialité nous a peu servi. »

 

« Il ne suffit pas de concilier, en un juste milieu, la protection de la nature et le profit financier, ou la préservation de l'environnement et le progrès. Sur ces questions, les justes milieux retardent seulement un peu l'effondrement. Il s'agit simplement de redéfinir le progrès. »

 

Comment être plus conservateur que ça tout en récupérant des thèmes « révolutionnaires », pour n’avoir jamais existé depuis l’aube des temps et jusqu’à ces deux dernières décennies, actuellement en vogue ?

La papauté succomberait-elle aux effets de mode ?

http://flibustier20260.blogspot.fr/2015/08/chapitre-xxx-harry-harrison.html

 

—————

Précédent