Lettre à Christine Lagarde du 14 août 2009

03/06/2014 15:06

 

 

Le 14 août 2009

 

 Monsieur Jean-Charles Duboc

à

Madame Christine Lagarde, ministre de l'Économie, de l’industrie et de l'emploi

 

 

Objet : Détournement des indemnités de la guerre du Golfe 1991 / haute trahison

 

Madame la Ministre,

 

Vous avez reçu un courrier, en date du 20 juin 2008, dont l’objet était le « détournement des indemnités de la Guerre du golfe attribuées à la France  ».

 Vous me voyez extrêmement surpris de ne pas avoir de réponse à cette lettre qui comporte des accusations d’une extrême gravité envers François Mitterrand, car j’accuse l’ancien Président de la République du vol des indemnités de la guerre du Golfe attribuées à la France en 1991. La somme dérobée, d’après mes informations, se monterait à 3,5 milliards de dollars, soit 5 milliards d’euros en valeur actuelle.

 Au moment où le Gouvernement s’apprête à lancer un « Grand emprunt » de 100 milliards d’euros, je me dois de rappeler ce dossier car la somme disparue est conséquente et que, si elle est absente de la comptabilité publique, cela implique que ce sera aux contribuables de combler ce passif.

 Puis-je me permettre de souligner que ce crime contre l’Etat, ce crime contre les Français, ce crime contre la démocratie, représente, du point de vue du droit constitutionnel, une haute trahison du Président de la République ?

 Je comprends très bien les motivations qui ont poussés vos prédécesseurs, et vous-mêmes, ainsi que les hauts fonctionnaires des Finances, à ne pas divulguer ce crime car les risques encourus n’étaient pas minces. L’analyse que je fais, à ce sujet, est disponible dans la note « Le détournement des indemnités de la guerre du Golfe et les assassinats de Pierre Bérégovoy et François de Grossouvre » que vous pouvez trouver sur le blog Alerte éthique.

 Madame la ministre, presque dix-huit ans se sont écoulées depuis ce délit et il me semble que le mutisme de votre ministère sur cette affaire n’a plus de raison d’être, et qu’il est maintenant souhaitable de révéler cette haute trahison aux Français avant qu’ils ne l’apprennent d’une manière inopinée car la situation pourrait alors devenir incontrôlable.

 Aussi, je vous demande, de nouveau, de bien vouloir transmettre à la Justice les informations en votre possession sur ce détournement de fonds ou, encore, de bien vouloir ouvrir une enquête officielle afin de retrouver les sommes manquantes.

 Je me permets de remarquer que lorsque l’État commencera à récupérer les sommes disparues, il serait souhaitable que les militaires qui ont participé à la guerre du Golfe de 1991 reçoivent la prime de guerre qui leur est due. De la même façon, une partie des sommes récupérée devra être consacrée à l’indemnisation de nos soldats qui souffrent du « syndrome du Golfe » et qui se sont regroupés dans l’association Avigolfe.

 De plus, je réitère la demande de prime d’aviseur que j’ai faite à votre ministère, en rappelant qu’elle a pour principale utilité de lever la prescription sur ce délit financier.

 La réglementation des Douanes accorde aux aviseurs une prime de 25 % des fonds récupérés lors d’un détournement de fonds publics. Mon partenaire sur cette affaire, monsieur X, et moi-même, avons abaissé ce pourcentage au niveau le plus bas acceptable par nous-mêmes, à savoir 1% des fonds détournés (en valeur actuelle).

 Mais, malgré tout, ce pourcentage minimum correspond à une prime de 50 millions d’euros, c'est-à-dire à une somme tout à fait indécente, pour ne pas dire irréaliste. Et nous demandons simplement 15% de ce montant, soit 3.750.000 euros chacun, pour solde de tout compte (ci-joint un RIB / le virement devant respecter les règles de confidentialité de votre ministère).

 Cette prime d’aviseur représente un gros lot de la Loterie nationale, c'est-à-dire qu’elle est tout à fait raisonnable pour la comptabilité publique qui s’y retrouvera en recherchant les fonds disparus et saura instituer, à cette occasion, un système d’Alerté éthique qui puisse à l’avenir assurer un meilleur contrôle des dirigeants en donnant la possibilité à chaque citoyen de dénoncer efficacement un élu corrompu.

 Pour le reste de cette prime d’aviseur nous demandons à ce que la somme en question (42,5 millions d’euros) soit destinée à financer la création de fondations reconnues d’utilité publique, c’est à dire placée sous l’autorité du Premier ministre.

 

Vous trouverez ci-dessous les trois fondations RUP que je propose de créer:

 1/ Fondation Division Daguet.

 Cette fondation sera destinée à indemniser nos soldats blessés ou décédés en opération. Elle sera aussi la « soupape de sécurité » de la « cocotte minute » que va devenir la défense nationale lorsque cette haute trahison sera rendu public ; car vous pouvez imaginer que bon nombre de militaires ne « digérerons » jamais cette affaire.

 2/ Institut Européen d’Exopolitique

 L’Exopolitique est une nouvelle science politique que vous découvrirez en consultant le texte de mon intervention au premier sommet européen d’Exopolitique qui s’est tenu à Barcelone le 25 et 26 juillet 2009. Les enjeux sont considérables et demandent la création d’une structure, contrôlée par l’Etat, qui regroupera des scientifiques du plus haut niveau, des philosophes, des hauts fonctionnaires, des industriels, des politiques…

 3/ Fondation Euroclippers.

 La fondation Euroclippers aura pour objectif de promouvoir, au niveau européen, la navigation, en équipage, des jeunes Européens, à bord de grands voiliers, le long des côtes européennes, en transatlantique et en tour du monde. Le projet Euroclippers a retenu l’attention du Premier ministre et un premier grand voilier-école devrait être commandé prochainement pour l’Ecole Navale.

 

Sachez aussi, qu’en cas de divulgation au public de cette haute trahison, je n’accepterai pas de communication directe avec la presse et les médias (les informations sont disponibles sur internet) et que le gouvernement devra assurer la majeure partie de la communication sur cette affaire ; néanmoins, il est possible que mon Conseil, Maître Jean-Paul Baduel, avocat à la Cour, accepte d’assurer une partie de cette communication si une instruction est ouverte.

Madame la Ministre, il reste au gouvernement que peu de temps, pas plus d’un mois, pour faire la lumière – quel qu’en soit le coût politique – sur le détournement des indemnités de la guerre du Golfe attribuées à la France en 1991.

 En effet, la violente dégradation de nos comptes publics, et la très probable cessation de paiement des Etats-Unis et du Royaume-Uni, avant la fin de l’été, vont provoquer, à l’automne prochain, le début d’une « dislocation géopolitique mondiale » dont les développements seront imprévisibles. En fait, l’accélération des événements fera lever les « garde-fous » qui permettent, pour l’instant, à cette affaire de rester cachée du public.

 A partir du mois d’octobre 2009, compte tenu des tensions internationales qui vont s’aggraver, ce dossier, largement  disponible sur le web, pourra être repris par tout groupe, français ou étranger, ayant l’écoute des médias.

 Une telle situation serait extrêmement déstabilisatrice pour le gouvernement, et, en tant que membre de l’UMP et membre du « Chêne », l’association gaulliste créée par Madame Michèle Alliot-Marie, je ne peux qu’inciter le gouvernement à lever le voile dès maintenant (début septembre 2009) sur la haute trahison de François Mitterrand.

 La révélation au public du détournement des indemnités de la guerre du Golfe sera extrêmement éprouvante pour les Français car elle provoquera un véritable choc psychologique remettant en question leurs certitudes ; mais cela ne sera pas plus grave que l’effondrement financier, économique et social, qui est en cours.  Cette divulgation au public permettra, après une forte crise politique, de redonner à l’Etat la légitimité qu’il a perdu et d’améliorer le fonctionnement de notre démocratie.

 En espérant que ces propositions retiendront votre attention, ainsi que celle des membres du gouvernement, je vous prie de bien vouloir agréer, Madame la Ministre, l’expression de ma plus haute considération.

 

Jean-Charles Duboc

 

Une copie de ce courrier est adressée à :

 Monsieur François Fillon, Premier Ministre

 

Monsieur Hervé Morin, Ministre de la Défense

 Monsieur Eric Woerth, Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique

 Monsieur Cédric Goubet, chef de cabinet du Président de la République

 Monsieur Henri Guaino, conseiller du Président de la République

 Monsieur Franck Robine, chef de cabinet du Premier Ministre

 Madame Michèle Alliot-Marie, présidente du « Chêne ».

 Monsieur Xavier Bertrand, secrétaire général de l’UMP

 

 

 

—————

Précédent


Sujet: Lettre à Christine Lagarde du 14 août 2009

Aucun message nʼ a été trouvé.