Le « Roi des glands »

04/04/2016 17:41

 

Qui vous gouverne !

 

J’ai presque pitié pour ces gaulois restés « coincés » en « hexagonie ».

Vous savez quoi ? C’est désespérant !

Figurez-vous que leur président vient de renoncer, la semaine dernière, à réformer la constitution du pays : Plus de déchéance de nationalité, même pour le binationaux, il faut le dire, bien inutile au demeurant pour lutter contre toutes les formes de terrorisme, pas plus de constitutionnalisation « d’état d’urgence », cette porte ouverte à tous les abus du pouvoir politique.

Demain ce sera l’abandon de la réforme du code du travail, déjà bien édulcorée…

À la place : Inspection de tous les abattoirs du pays et 6.000 pas par jour presque obligatoires, comme d’une sommation impérative !

 

Si ce n’est pas désespérant, c’est au moins tout autant lamentable.

Je ne sais même pas s’il faut en rire ou en pleurer de rage, alors que la croissance du chômage n’est toujours pas endiguée, là où tous nos voisins, parfois dans des conditions économiques plus difficiles, le font reculer !

 

6.000 pas par jour pour se débarrasser ou éviter tous les maux dus à la sédentarité. Quelle urgence politique que voilà donc, SVP !

Ce qui correspond à environ 4,6 km.

Alors même que le comité scientifique de l’OMS recommande de son côté 10.000 pas, soit 7,6 km de marche quotidienne, pour garder une santé optimale : Encore un « loupé » !

Une dépense énergétique de 350 calories. Vous suivez ? Pour améliorer son bilan, il doit donc brûler au moins 200 calories supplémentaires…

Notez que le « Capitaine-de-pédalo-à-la-fraise-des-bois », lui ne marche pas : Il a quantité de chauffeurs de fonction à sa disposition et … un pédalo !

Ça compense peut-être qu’il en deviendra moins « Gras-Nul-Laid »…

 

Soyons sérieux, jeunes-gens : Il y a trois semaines, votre « François III » avait été contraint de donner un « nouveau départ » à la réforme du Code du travail. Et la semaine dernière il n’a eu d’autre choix que le retrait en bonne et due forme de la révision constitutionnelle.

Quatre mois et demi après les attentats de novembre, le chef de l’état qui l’a lui-même annoncé sous les applaudissements du Congrès, pensant ainsi piéger toutes les oppositions, il en est à prétendre que : « J’ai décidé de clore le débat constitutionnel » faute de consensus entre l’Assemblée et le Sénat qualifié de « hors d’atteinte ».

Il a même eu le culot d'ouvertement fustiger l’hostilité d’« une partie » de l’opposition : « Je déplore profondément cette attitude ».

Konnard de dégénéré-natif : Il aurait pu anticiper ou au moins écouter les raisons techniques avancées…

 

Lui non ! Il préfère faire dire à « J’y-sais-Camp-bat-les-Lys » : « Nous présentons nos excuses aux Français. Nous n’avons pas convaincu la droite (…) de rentrer dans l’union nationale pour renforcer notre droit dans la lutte contre le terrorisme » alors que c’est luiqui « a créé les conditions de l’échec ».

Le piège politique ne s’est pas refermé sur le gibier prévu, finalement…

Notez qu’il en sera autant pour la loi « El-Konnerie »…

 

« La défaite et le déshonneur. C’est la double peine », lâche un parlementaire PS, peu suspect d’être critique du président. « À force de brusquer tout le monde, on rend le chemin pour avancer particulièrement étroit », s’inquiète un ministre, et certains redoutent même que le divorce soit consommé avec une bonne part de l’électorat de gauche. 

Et alors, sans maquer d’humour et pour en rajouter une couche, de se mettre à jeter un peu plus d’huile sur le territoire dévasté pour faire diversion, on polémique sur le salaire, qui a quasiment doublé en 2015, du président du directoire de PSA Peugeot Citroën, en oubliant que l''Etat est actionnaire et que ce n’est pas le pédégé qui fixe son salaire : «C'est le conseil de surveillance de PSA ». Un conseil présidé par Louis Gallois qui « respecte des règles de gouvernance très précises, qui fixent à la fois les objectifs à atteindre, et qui évidemment décident de la rémunération (…) en fonction des résultats qui ont été obtenus», a-t-on encore rappelé.

Encore une grenade qui ne saute pas au bon endroit, une de plus !

Moi, j’aurai félicité le boss du redressement exceptionnel fait chez PSA : Je n’aurai sans doute pas fait mieux, loin de là, et le patron du Medef d’ajouter : « Quand il y a de la réussite, ça ne me choque pas qu'on récompense la réussite ».

Bé heureusement : En cas d’échec, c’est qui qui s’en prend plein la gueule, au juste ?

Vous en jugerez dès le mois de mai 2017 et c’est vous toutes et tous qui infligerez la sanction… méritée !

 

Plus intéressant sans doute, le Sénat, loin de baisser les bras dans la lutte contre le terrorisme, prenant ses responsabilités, se décide enfin de durcir les sanctions contre les terroristes, « bien de chez nous » : Les personnes condamnées pour terrorisme seront placées en rétention de sûreté ou sous surveillance de sûreté à l'issue de l'exécution de leur peine, « dès lors que serait établie leur particulière dangerosité ».

Ils ont aussi créé un délit de consultation habituelle de sites terroristes dans le cadre du projet de réforme post-attentat, semblable à celui déjà prévu en matière de consultation habituelle de sites pédopornographiques. Ils ont par ailleurs porté à dix ans de prison et à 150.000 euros d'amende les sanctions contre une personne qui ne dénonce pas volontairement un crime ou un délit.

Mardi ils avaient institué une irresponsabilité pénale pour les policiers, les gendarmes ou les militaires « faisant un usage absolument nécessaire et strictement proportionné de leur arme » dans le but « d'empêcher la réitération probable, dans un temps rapproché, d'un ou plusieurs meurtres ou tentatives de meurtre venant d'être commis », et ont aussi créé un nouveau délit sanctionnant de 5 ans d'emprisonnement et de 75.000 euros d'amende le séjour sur un théâtre étranger d'opérations terroristes.

Et le lendemain, la Chambre haute du Parlement a donné son feu vert à la possibilité pour une cour d'assises de prononcer une « perpétuité incompressible » pour les auteurs de crimes terroristes, une proposition introduite par les députés dans le projet de réforme pénale post-attentats.

Cette mesure permettra à une cour d'assises, lorsque le crime terroriste est passible de la réclusion criminelle à perpétuité, soit de porter la période de sûreté jusqu'à 30 ans contre 22 actuellement, soit de décider qu'aucune mesure d'aménagement de peine ne pourra être accordée au condamné.

Une mesure qui figurait dans la proposition de loi que le Sénat avait adoptée en février pour renforcer la lutte antiterroriste.

Pas d’état d’âme avec les bourreaux et c’est très bien ainsi !

La « peine de vie » entre quatre murs, non seulement ça protège la populace, mais c’est « l’enfer sur terre » pour tous ceux qui auraient pu rêver de paradis d’Allah-le-plus-grand !

 

C’est comme ça qu’on luttera contre le terrorisme et pas autrement.

Parce que bon, l’idée de faire rentrer tout plein de migrants qu’il faut accueillir et dans lesquels, c’est un secret de polichinelle, se cachent suffisamment de fous furieux pour mettre à feu et à sang l’Europe et la « Gauloisie-généreuse » n’est pas la meilleure idée du siècle, faut-il convenir…

Pas en ce moment, en pense-je.

De plus, faut-il, à un moment ou un autre, où les sensibilités et les communautarismes religieux sont exacerbés, mettre un article dans la nouvelle Loi Travail qui va créer des sacs de nœuds invraisemblables autour des revendications religieuses dans les entreprises ?

 

Racontez-nous combien on vous refuse de penser et d’exprimer vos maux quotidiens juste avec des mots, les vôtres.

Ce qui vous interdit de facto toute pensée, toute forme de constat de la réalité et donc tout type de réponse de bon sens appropriée…

La délinquance n’a jamais autant pourri votre quotidien et les réponses pénales sont si molles et laxistes qu’il faille enfin renforcer les dispositifs de répression carcérale… mais juste pour les terroristes, notez bien !

On marche sur la tête en voulant d’un côté limiter l’accès aux armes légales tout en étant incapables de lutter contre le véritable trafic d’armes qui gangrène les cités du pays.

On veut lutter contre la radicalisation mais rien n’est fait pour la prévenir alors que le lien entre primo-délinquance et terrorisme est bien réel et absolument pas religieux comme le démontrent les enquêtes de police successives.

 

Vos autorités acceptent sur votre sol des financements de pays qui sont, comme chacun le sait, des grandes démocraties respectant les droits de l’homme, de la femme et des minorités, y compris sexuelles du type LBGT.

Ceux qui financent en Syrie financent aussi ici mais sont nos alliés…

Derrière elles, nous faisons la guerre en Afghanistan, en Syrie que nous bombardons, ou encore en Lybie où nous avons créé un merdier épouvantable en virant Kadhafi qui était tout aussi démocrate que tous les cheikhs avec provisions des pays du Golfe.

Et nous ne l’avons pas fait seuls puisque c’était avec l’aide des Britanniques, et aujourd’hui Total et BP se partagent le gâteau du pétrole libyen… 

 

Vous êtes nombreux à hurler « au fascisme » dès que s’agite un drapeau tricolore ou que résonne une Marseillaise, dont les paroles sont d’ailleurs bien trop « violentes et racistes ».

Fume mon gars, c’est dégoulinant d’absurdité !

Pourtant, si nous voulons du « vivre ensemble », il faudra quand même définir une Histoire, même sous forme d’une « fiction commune », autour de valeurs et de grandes idées à partager.

En se refusant de définir notre identité, on s’interdit de dire aux nouveaux arrivants dans quoi ils doivent s’intégrer !

 

Évidemment, cela procède d'un mouvement de destruction des nations plus vaste.

D’autant que l’Europe, qui est « la paix », fait tout ce qu’elle peut pour dissoudre justement les identités nationales.

Historiquement, c’est en détruisant les identités régionales que les nations européennes se sont créées.

C’est le cas de la « Gauloisie-merveilleuse ». Et c’est en détruisant les pays et en déplaçant les populations que l’URSS s’est construite !

C’est d’ailleurs assez paradoxal, finalement : Il semblerait que pour exister, l’Europe doit détruire les États-nations.

Plus vous voudrez d’Europe, plus vous irez dans le sens de l’Europe fédérale ou des États-Unis d’Europe et plus vous aurez de liberté de circulation, de déplacements de populations pour, à la fin, dissoudre tout sentiment d’appartenance.

Et sans « sentiment d’appartenance » autorisé par une « confédération européenne » qui sied si bien à nos voisins suisses, voire même dans les faits à nos voisins belges et demain même, peut-être, aux britanniques, comment voulez-vous que nous puissions avoir du vivre ensemble ?

C’est totalement contradictoire.

Illusoire même !

 

Alors dans tout ce marasme, il y a au moins une bonne nouvelle : Le « Capitaine-de-pédalo-à-la-fraise-des-bois » vient de gagner, ouvertement et sans concurrence ni contestation aucune, le titre glorieux de « Roi des glands » !

Ce type est une calamité ambulante qui devrait désormais, enfin… par décence, tirer un trait sur son projet de réélection auquel il est bien le seul à croire…

Il était prévenu : En janvier 2016, on venait de perdre la « Garde-des-sots », l’élue indépendantiste des îles, le maire de Dijon, « Rab-s’amène », ex-ministre du chômage avait prédit dans un éclair de lucidité : « S'il renie sa parole, il a perdu l'élection présidentielle, c'est fini. » 

 

Ce serait toujours autant de gagner pour adoucir un peu votre sort, trouve-je.

Au moins De Gaulle avait plus de panache, de classe : « Si ma réforme ne passe pas ? Je me casse sur le champ ! »

« François III » ? Rien dans le pantalon qui ait un peu « de classe »…

 

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/04/le-roi-des-glands.html

 

—————

Précédent