L’affaire Basano / Ferrayé ou comment escroquer 22 milliards de dollars (IV)

04/06/2014 12:20

 

Les fichiers HSBC

 

Bien avant Hervé Falciani, il y a eu d’autres aviseurs du ministère des finances qui ont dénoncé des détournements de fonds publics.

Par exemple, un aviseur a déposé le 19 janvier 1998 des informations à la Brigade de contrôle et de recherche (BCR) du Havre, dépendante de la Direction nationale des enquêtes fiscales (DNEF), pour le détournement par « Myth-Errant » des 3,5 milliards de dollars d’indemnités de la guerre du Golfe de 1991. Ce qui fait plus de 7 milliards d’euros en valeur actuelle.

C’est raconté dans le texte humoristique « L’Ami-râle Pad-Ock et le détournement des indemnités de la guerre du Golfe 1991 »

 

Dans le cas où les milliards d’euros des indemnités de la guerre du Golfe seraient récupérés, cet aviseur demande au ministère des finances de :

1/ Créer, avec la prime d’aviseur, la Fondation Division Daguet destinée à nos soldats tués ou blessés en opération et de la capitaliser à hauteur de la somme dûe, soit environ 73 millions d’euros (L’aviseur demande pour lui une année de salaire brut d’inspecteur général des finances) ;

2/ Payer la prime de guerre promise à nos soldats qui ont participé à l’Opération « Tempête du Désert » avec une majoration de 40% pour avoir pris nos militaires pour des « Pov’kons », et avec une autre majoration de 4% par année de retard !...

Avec une prime prévue de 180.000 francs en 1991, cela fait entre 80.000 et 100.000 euros pour chaque militaire ayant participé au conflit.

Le coût est d’environ un milliard d’euros ;

3/ Indemniser décemment nos soldats qui sont victimes du syndrome de la guerre du Golfe, conformément aux souhaits de l’association AVIGOLFE ;

4/ Construire trois grands voiliers-écoles de 85 mètres au pont pour la formation maritime et humaine des jeunes, pour un coût à la construction de près de 150 millions d’euros (50 millions par navire).

 

D’autre part, au détournement de 3,5 milliards de dollars des indemnités de la guerre du Golfe, il faut ajouter l’escroquerie de 22 milliards de dollars réalisée lors de l’extinction des 1100 puits de pétrole en feu au Koweït en 1991.

Le fameux dossier « Basanix/Féraillé »

Ces deux dossiers forment, en valeur 2014, un total d’environ 55 milliards d’euros.

« Bling-bling », notre « ex Divin-et-Ô-combien-vénéré-président » a demandé aux ῝petits hommes en gris῝ de Bercy d’organiser une récupération des fonds qui étaient rassemblés dans un trust à Londres.

La première tranche des fonds récupérés, soit 35 milliards d’euros, a été placée dans le grand emprunt 2010 qui n’est qu’un montage financier.

Sur ces 35 milliards, 15 milliards auraient servi à rembourser la « CIA », via « L’OTAN », pour le remboursement à l’émir du Koweït des sommes escroquées.  En effet, l’Emirat n’avait pas tardé à s’apercevoir qu’il avait payé beaucoup trop cher pour l’extinction des 1100 puits en feu...

 

Par contre, il manque une vingtaine de milliards d’euros qui restent dans la nature.  Et là, il faut se pencher sur le roman Mains invisibles de « I-Cube » pour trouver une explication :

http://euroclippers.typepad.fr/alerte_ethique/2014/01/mains-invisibles-iv.html

Extrait : « Et alors, en supposant que les fonds du trust aient été placés en euro après l’avoir été en monnaies diverses et européennes, on peut imaginer que c’est 55 milliards d’euros qui auraient dû constituer le « stock » à récupérer. Mais, vous rappelle-je, on en a eu que pour 35 milliards. Donc… »

Le reste a été distribué…

« Mais à qui ? »

La seconde bombe thermonucléaire !

« À tout le monde ! »

Comment ça ?

Les fichiers qu’il est convenu de faire croiser par la minette de l’amiral provenant de Bercy qui peine à retrouver les ayants-droits, ils sont truffés de « faux-nez ».

« Je n’ai fait que les parcourir à la va-vite, mais quand je suis tombé sur un monsieur J. Cardan-de-Chourcelle, à Tokyo, imaginez-vous bien que j’ai immédiatement pensé à l’épouse du président Rackchi, dont c’est le nom de jeune-fille ! »

Incroyable, lâche Gustave.

« Et vous en avez identifié beaucoup, des comme ça ? »

Il y en a 9.288.

« J’ai refermé le bidule. C’est une recherche trop longue pour le peu de temps que je peux y consacrer. Mais vous imaginez que si on tombe sur les 9.000 qui ont pu être un jour ministre, conseiller, député ou sénateur comme j’ai pu le deviner pour les plus connus, non seulement il faut confirmer, mais en plus, si ça doit être révélé à la presse, c’est la révolution dans les rues, Amiral ! »

Intéressant n’est-ce pas !...

Pas question  que la presse et les médias révèlent une horreur pareille !...

Et pourtant !...

 

Il est possible de faire un rapprochement de ces incroyables détournements de fonds avec une série d’articles sur les fichiers trafiqués de la HSBC qui sont vraiment surprenants : Le Point : « Fichiers de la banque HSBC : les preuves de la manipulation » ; Le point : « Fichiers HSBC : Christian Eckert s'explique » Direct Matin : « La France aurait falsifié les listes d'évadés fiscaux divulguées par Falciani » ; Nouvel Obs : « Evadés fiscaux : les fichiers HSBC falsifiés par la France ».

 

Je reprends l’article disponible dans les Echos et intitulé « HSBC : 3.000 noms d’évadés fiscaux de la liste de Falciani ont disparu »

Environ 3.300 noms de clients français de HSBC Private Bank ont été  », selon l’Agefi.

Le quotidien financier Agefi affirme mardi sur son site que les autorités françaises ont falsifié en 2009 les listes d’évadés fiscaux en Suisse livrées par l’ex-informaticien de la banque HSBC Hervé Falciani , ce qu’un rapport parlementaire infirmait en juillet.

L’Agefi dit être « en mesure d’affirmer sans conditionnel que le contenu des listes a bien été modifié », « après avoir pu consulter un rapport de l’Office fédéral de la police ».

Interrogé par l’AFP, un porte-parole de Bercy a renvoyé au rapport présenté en juillet 2013 par le rapporteur du budget à l’Assemblée générale, Christian Eckert, infirmant toute disparition de contribuable.

« L’élaboration des listes de contribuables établies par l’administration fiscale a donné lieu à de nombreux commentaires dans les médias. Le Rapporteur général ne peut qu’infirmer l’affirmation que des contribuables auraient +disparu+ », selon un extrait de ce rapport parlementaire.

« Environ 3.300 noms de clients français de HSBC Private Bank ont été éliminés », selon le site d’actualités financières qui rappelle que le 23 juillet 2012, le quotidien Le Monde avait déjà suggéré que « la liste des évadés fiscaux de HSBC en Suisse aurait été falsifiée ».

L’Agefi précise que « la liste comprenait 8.993 noms. En retirant les doublons, il restait (selon Le Monde) 6.313 personnes physiques ou morales ».

3.000 noms éliminés

Or, souligne l’Agefi, « pendant l’été 2009, l’ancien ministre du Budget, Eric Woerth n’évoquait plus qu’une liste de 3.000 noms d’exilés fiscaux ».

« Le calcul est vite fait: environ 3.300 noms de clients français de HSBC Private Bank ont été éliminés », estime le quotidien spécialisé qui évoque des « incohérences » mentionnées dans le rapport de l’Office fédéral de la police sur les copies des fichiers remises par la France à la Suisse début 2010.

L’ancien informaticien de la banque HSBC à Genève Hervé Falciani a révélé en 2008 des fichiers permettant de découvrir des milliers d’évadés fiscaux dans le monde, ce qui lui vaut d’être poursuivi en Suisse.

Deux premières condamnations, à huit et dix mois de prison avec sursis, ont été prononcées en France à la mi-décembre dans un dossier de fraude fiscale ouvert sur la foi des fichiers HSBC remis à la justice par Hervé Falciani.

Source AFP

Les documents en question sont disponibles dans l’article du Point « Fichiers de la banque HSBC : les preuves de la manipulation » !...

 

Pour quelle raison les petits hommes en gris de Bercy auraient-ils fait disparaître 3000 noms des fichiers Falciani ?...

L’EPOUVANTABLE HYPOTHESE

Une hypothèse vraisemblable est que toutes ces personnes ont bénéficiées, parfois sans le savoir comme Christian Basano, des fonds détournés de la guerre du Golfe et de l’escroquerie sur l’extinction des puits en feu au Koweït.

Il y en aurait pour 20 milliards d’euros, soit 2,15 millions d’euros par personne s’il y a 9288 comptes concernés.

Les 3000 comptes de la HSBC ne représentant qu’une partie du pactole.

De quoi acheter des bonnes consciences…

 

Jean-Charles Duboc

 

—————

Précédent


Sujet: L’affaire Basano / Ferrayé ou comment escroquer 22 milliards de dollars (IV)

Date: 18/01/2015

Par: gjtspxiw

Sujet: vmboh kackr for 46% vedplb9

—————

Date: 06/01/2015

Par: gjsjypsf

Sujet: wedfc gtldn for 70% jmvitr8

—————