La garde Nationale ?

23/11/2015 15:20

 

Ont-ils vraiment déjà oublié ?

 

J’entends ici et là quelques citoyens, et même parmi les plus éminents, puisque « François III », le « capitaine de pédalo » pris dans la tempête, l’évoquer.

Le sang sèche-t-il si vite que ça quand il rentre dans l’Histoire qu’ils en deviennent amnésiques ?

Chez notre « prince guerroyant, il l’envisage comme constituée de réservistes.

Ce serait tourner le dos à un modèle né avec la Troisième république qui avait voulu en finir avec un corps très controversé.



C’est vrai que l’époque semble très particulière depuis les attentats du 13 novembre dernier : Après la dictature policière, qui vous cerne tous toujours plus, on est entré samedi dernier dans une « douce dictature administrative », avec les premières perquisitions administrative et même la ville de Sens sous couvre-feu.

L’étape suivant sera « l’état de siège », où le pays pourrait passer sous le régime de la justice militaire.

Peut-être faudra-t-il attendre pour ça que quelques « pickups » « toto-yaya » armés de mitrailleuses descendent les Champs-Élysées en tirant sur tout ce qui bouge sur la plus « belle avenue du monde », peut-être pas.

Là, ce serait certain, on rappellera les réservistes !


Mais revenons au discours du 16 novembre devant le Congrès de Versailles, quand « François III », homme dit de « gôche », socialiste de surcroît, a repris une idée qui circulait depuis des années à droite e l'extrême-droite, celle de créer une « garde nationale encadrée et disponible », formée de réservistes de l'armée, pour lutter contre le terrorisme.

Ce nouveau corps est en réalité inspiré par l'exemple des États-Unis et ne fait pas directement référence à la « garde nationale » gauloise qui a existé entre 1789 et 1871 dans l'Hexagone.


Pour autant, entendre un président de la République évoquer explicitement devant le parlement réuni à Versailles l'idée d'une « garde nationale » était encore inimaginable voici quelques années.

La « garde nationale » a, en effet, laissé un souvenir contrasté dans l'histoire de mon pays (celui que j’aime tant…) et l'établissement durable de la République a souvent été identifiée avec sa suppression.

La garde nationale est née en « Gauloisie révolutionnaire » le 14 juillet 1789. Créée par la municipalité de Paris, elle a alors immédiatement une double vocation qui restera longtemps la sienne : Défendre la Révolution contre l'armée du roi dont on craint alors l'intervention dans la capitale et défendre la propriété contre un peuple qui s'est soulevé et qui fait alors craindre le pillage.

Après la prise de la Bastille, la monarchie reconnaît cette garde nationale parisienne qui est placée sous la direction de La Fayette et sous la responsabilité de l'Assemblée constituante. 

Progressivement, elle s'étend dans tout le pays pour remplacer les diverses milices de l'ancien régime et devenir une vraie « armée de l'intérieur. »

Mais la garde nationale est surtout une armée de la bourgeoisie.

En octobre 1791, sa composition est éclaircie : Son service est rendu obligatoire pour les « citoyens actifs », ceux qui paient assez d'impôts pour voter.

Les autres, « citoyens passifs », peuvent y participer sous réserve d'être jugés « bien intentionnés. »

Une distinction qui disparaîtra avec la chute de la monarchie en août-septembre 1792, mais elle restera toujours « la force armée » de la bourgeoisie, car le garde national doit payer son équipement lui-même.

Progressivement et face aux événements de la Révolution, la garde nationale se divise et devient une force ambiguë.

Le 17 juillet 1791, La Fayette l'utilise pour tirer sur la foule réunie au Champ-de-Mars venu pour demander la fin de la monarchie après la fuite à Varennes.

Mais, au printemps 1792, les gardes nationales se mobilisent pour défendre le territoire et celle de Paris participe le 10 août à la prise des Tuileries et à la chute de la monarchie.

Sous la terreur, la garde nationale est étroitement surveillée par le pouvoir montagnard qui, un temps, mis en place une « armée révolutionnaire des départements » au recrutement plus populaire, mais qui inquiéta tant qu'elle fut à son tour dissoute.


Après Thermidor, la garde nationale se divise encore davantage, à l'image de la bourgeoisie, entre ceux qui soutiennent un retour de la monarchie et les défenseurs des «acquis révolutionnaires. »

Le 13 vendémiaire an IV (5 octobre 1795), la garde nationale de l'ouest parisien, monarchiste, se soulève pour rétablir le trône.

Les insurgés sont arrêtés par les canons du général Bonaparte sur les marches de l'Église Saint-Roch, rue Saint-Honoré.

Le Directoire décide alors de supprimer la hiérarchie de la garde nationale et de placer ce corps sous la responsabilité directe de l'État.

Sous le consulat et l'Empire, la garde nationale est ainsi intégrée à l'armée, utilisée sur le champ de bataille et pour la défense du territoire.

La Restauration réforme et réorganise la garde nationale.

Louis XVIII veut s'attacher la bourgeoisie et, en 1816, en établit le service pour tous les citoyens payant les contributions directes.

La garde nationale retrouve son organisation et son rôle de 1791 : Le maintien de l'ordre intérieur qui était donc confié aux plus fortunés des Gaulois.

On rappelle en effet que payer un peu l'impôt direct était « élitiste ». Il n’y en avait que quatre, les « quatre vieilles » comme autant de « contribution » : L'impôt foncier pour les propriétaires, l'impôt mobilier sur la valeur du loyer payé, la patente pour les revenus du commerce et l'impôt sur les portes et fenêtres, qui devaient frapper le luxe.

Les officiers de la garde nationale sont alors vus comme des « personnages » et ne sont pas peu fiers de cet honneur.

Charles X, pourtant commandant de la garde nationale lorsque son frère Louis XVIII était roi, se méfie de ce corps bourgeois qui refuse sa politique de réaction féodale.

En 1827, il dissout la milice parisienne.



Mais cette dernière se reforme spontanément au cours des « trois glorieuses » de juillet 1830 qui chasse le roi.

La garde nationale se présente alors comme la garante de la « charte », la constitution d’alors, et du régime parlementaire contre toute tentative de retour à l'autocratie.

La Fayette reprend son commandement et impose un nouveau roi : Louis-Philippe, le « roi bourgeois », qui fait de la garde nationale le plus sûr instrument de son régime.

Et lors des insurrections républicaines de 1832 et 1833, la garde nationale fait preuve d'une fidélité sans faille.

Mais, progressivement, les gardes nationaux se détournent d'un régime de plus en plus sclérosé. Le refus de Guizot, chef de fait du gouvernement de Louis-Philippe, de 1840 à 1848, d'élargir le droit de vote mécontente beaucoup de bourgeois imposés, mais non électeurs.

La crise économique de 1846-47 fait le reste : La garde nationale participe à la « campagne des banquets » qui demande une réforme du régime.

C'est d’ailleurs lors d’un de ses banquets, le 22 février 1848, qu’est provoquée une nouvelle insurrection.

La garde nationale ne défend plus alors le régime et il tombe en quelques jours.

Participant à la chute de Louis-Philippe en février, la garde nationale participe également fortement à l'écrasement de l'insurrection populaire à Paris du 22 au 25 juin 1848 et à la répression qui suit et qui fait plusieurs milliers de morts.

La garde nationale prouve ainsi avant tout que, quel que soit le régime, qu’elle est une arme de défense de la propriété privée et un moyen de réduire par la répression les revendications qui se sont fait jour après février, une armée de « classe sociale » : Le droit au travail, notamment.

Dans « La Lutte de Classes en France », qui relate ces événements, Karl Marx souligne que « aux journées de juin, personne n'avait plus fanatiquement combattu pour la sauvegarde de la propriété et le rétablissement du crédit que les petits bourgeois parisiens. »

La gauche se détourne alors de la garde nationale qui, en réalité, devient redoutable pour le pouvoir comme pour le peuple.



Mais, lors du coup d'État du 2 décembre 1851, la garde nationale ne défend pas du tout l'Assemblée Nationale et la république. Elle se rallie, comme la bourgeoisie gauloise,  au «régime fort » de Louis-Napoléon Bonaparte qui, un an plus tard, devient Napoléon III.

Et ce dernier s'en méfie et la réduit à un rôle très secondaire, même lorsqu'éclate en 1870 la guerre contre l'Allemagne. 

Pourtant, après la défaite de Sedan le 2 septembre et la chute de l'Empire le 4, la garde nationale change de nature. Elle n'est plus limitée à la bourgeoisie, mais est élargie au peuple parisien.

C'est cette garde nationale, désormais forte de 500.000 hommes et devenue populaire, qui organise le long siège de Paris d'octobre 1870 à janvier 1871.

Et l'essentiel de ces combattants estiment que les dirigeants républicains ont tout fait pour empêcher de briser le siège et ils n'acceptent ni le pouvoir de l'assemblée monarchiste élue en janvier, ni les conditions de la paix voulue par cette assemblée.


Durant ces terribles mois de privations et d'épreuve, la garde nationale a changé de nature.

Elle n'est plus la force armée des « milices bourgeoises » de maintien de l'ordre qu'elle a été depuis 1789, elle est devenue une armée du peuple résistant et révolutionnaire.

Et c'est précisément pour cette raison qu'elle inquiète le pouvoir issu de l'assemblée conservatrice.

En février, cette armée s'organise en une Fédération de la garde nationale qui devient une puissance politique de résistance, au nom de Paris, au pouvoir légal.

Le nouveau chef du pouvoir exécutif, Adolphe Thiers, décide alors de désarmer la garde nationale parisienne en saisissant ses canons stationnés sur les hauteurs de Montmartre le 18 mars 1871.

L'opération est un fiasco et tourne à l'émeute.

Les autorités quittent Paris pour Versailles.

La capitale se constitue bientôt en Commune dont l'armée est constituée principalement par la garde nationale. 

Cette Commune sera écrasée par l'armée durant la « semaine sanglante » du 21 au 28 mai 1871 où l'on comptera plus de 30.000 morts et qui se terminera au mur des fédérés, au cimetière du Père Lachaise, de sinistre mémoire.

Le 25 août suivant, la garde nationale est supprimée par Thiers qui, au temps de Louis-Philippe, l'avait tant louée.

Elle disparaît ainsi de l'histoire de mon pays jusqu'à nos jours.

En 72 ans d'existence, ce corps a été souvent utilisé politiquement ou au bénéfice d'une certaine catégorie.

La dissolution intervient d'abord pour en finir avec une armée « rouge », mais lorsque, après 1877, la République s'installe comme régime, elle refuse de recréer une garde nationale.

Le nouveau régime promeut un autre modèle : Celui d'un peuple en armes, mais uni autour de son pouvoir politique démocratique.

L'ancienne garde nationale était bien trop une  « milice bourgeoise », celle de la Commune bien trop socialiste et parisienne pour jouer ce rôle, la République prétend les remplacer par une armée à laquelle participent tous les citoyens et qui défend l'intérêt général.


En 1905, le service militaire généralisé (jusqu'ici, on tirait au sort les conscrits et l'on pouvait « payer » un remplaçant) vient compléter ce dispositif.

Après la libération, le désarmement des résistants s'est effectué au nom de ce même modèle : Celui de n'armer personne en dehors de l'armée et des forces de police.

Un beau bras de fer entre le CNR et les résistants communistes…

L'instauration d'une garde nationale, même issue de réservistes comme outre-Atlantique, n'est donc pas neutre politiquement et historiquement.

La suppression du service national voulue par « le Chi », faute d’intendance adéquate, et l'émergence d'un nouveau type de menace modifient sans doute et désormais la donne. 


Vous imaginez bien qu’en rétablissant une garde nationale, en proposant aux maires de disposer d'armes, le Président s'éloigne indéniablement un peu plus d'un certain modèle républicain qui prévalait depuis plus de 120 ans, celui-là même qu’il a été chargé de sauvegarder au moment où l’on sentait bien une dérive droitière, autoritariste, enfler chez « Bling-bling » vers la fin de son mandat.

Pensez bien que même si la raison commanderait d’aller de l’avant dans ce sens, mon cœur et ma mémoire s’y oppose compte tenues des leçons que nous a données l’Histoire de mon pays.

Mais qui puis-je ?


C’est quand même pas de chance : Nos valeurs républicaines trahies par ceux-là même qui sont censés les défendre le mieux, à cause de quelques abrutis chargés jusqu’à la gueule aucaptagon, quelle leçon d’humilité face à l’Histoire !

Le tout avec une armée sous-dimensionnée pour les missions qu’on lui confie, une police sous-équipée malgré les lois sécuritaires votées en rafales serrées ces derniers mois et les budgets renforcés sous peu (Pacte de sécurité au lieu de pacte de stabilité, qui peut être contre ces priorités ?), on fait tranquillement le lit de la droâte-extrême qui n’aura bientôt plus qu’à se glisser dans des draps tout neufs.

Demain les régionales comme d’un dernier avertissement, après-demain, un seul tour, le premier…

J’enrage figurez-vous, j’enrage.

Pourvu que je puisse avoir tort…

 

Source : http://flibustier20260.blogspot.fr/2015/11/la-garde-nationale.html

 

—————

Précédent