Guerre du Golfe 1991 : Lettre à Christian SAUTTER

05/02/2015 23:50

 

Pour fêter le Millenium…

 

Je reprends un courrier peu connu qui a déjà une quinzaine d’années…

 

Le 27 décembre 1999

 

Jean-Charles DUBOC

à

Monsieur Christian SAUTTER

Ministre de l’Economie et des Finances

139, rue de Bercy

75572 PARIS CEDEX 12

 

Copie :

Mme le Vice-Doyen des juges d’Instruction

Service FINANCIER

Tribunal de Grande Instance de Paris

4, bd du palais

75055 PARIS LOUVRE

 

Monsieur le Ministre

 

Aviseur de vos services, et accompagné de Monsieur X, j’ai déposé le 19 janvier 1998 à la brigade de contrôle et de recherche des services fiscaux du Havre des informations concernant deux dossiers.

Le premier dossier est relatif à des anomalies de comptabilité au sein de la compagnie A. J’ai adressé à ce sujet un courrier à M. Dominique Strauss-Kahn le 8 juin 1998, et vos services m’ont répondu par un courrier du 6 juillet 1998 que "la règle du secret fiscal ne me permets pas d’être tenu informé des suites qui peuvent y être données".

 

Ce dossier étant entre les mains de la Justice, je ne peux pas me permettre de vous demander des informations sur l’enquête en cours. En effet, j’ai déposé une plainte (n° 691/99 – P.99.182.2360/3) avec constitution de partie civile, contre Monsieur B. et tout autre, le 25 juin 1999, auprès du Tribunal de Grande Instance de Paris, pour abus de bien sociaux.

 

Par contre, le deuxième dossier concerne des informations sur l’éventuel détournement des indemnités de la guerre du Golfe et j’aimerais connaître, en tant que contribuable soucieux de la bonne gestion de l’Etat :

-      Quelles sont les sommes versées à la France par les Pays Arabes au titre des indemnités de la guerre du Golfe ?... 

-      Ces sommes ont-elles été budgétisées, et à quelles dates ?...

-      Quelle est la part de ces indemnités redistribuées à la Marine Nationale, l’Armée de l’Air, l’Armée de Terre ?...

Vous trouverez avec la présente une copie du courrier su 8 juin 1998, ainsi que la réponse de M.B. PAYS, directeur adjoint de la sous-direction du contrôle fiscal.

 

Je vous adresse aussi une copie du projet Les Clippers de l’Europe, car j’ai l’ambition de développer un grand projet destiné aux handicapés et aux jeunes Européens.

Les mutations scientifiques, humaines et financières de l’époque actuelle demandent des solutions originales pour faire face aux transitions entre les paradigmes de l’Histoire.

La marginalisation d’une partie de la jeunesse, l’exclusion des plus faibles, la crise morale de notre société, l’effondrement de valeurs millénaires et l’apparition d’une mondialisation, qui sera suivie par une ouverture plus large sur le Cosmos, demandent des solutions nouvelles, courageuses et coûteuses…

La navigation en haute mer est une très bonne solution pour restructurer des jeunes sans repère. Etre allongé toute une nuit sur le pont d’un voilier qui navigue sous les tropiques, en regardant les étoiles, est une expérience inoubliable que peu de jeunes pourront connaître.

La réduction des inégalités passe aussi par le développement de la richesse des expériences humaines structurantes de l’individu, et je pense qu’il y a beaucoup à faire. Ce n’est pas l’horizon des banlieues qui formera le jeune d’aujourd’hui à être un adulte libre et responsable…

Je propose un projet humain, social, de liberté et de responsabilité.

Les détournements de fonds que j’ai peut-être découverts sont pour moi la possibilité de souligner l’irresponsabilité, la cupidité, la lâcheté de certains élus et hauts fonctionnaires qui confondent servir et se servir, et de proposer en contrepartie un grand projet pour la jeunesse.

C’est pour cette raison que je vous demande de bien vouloir :

-      Faire étudier par vos services la possibilité de créer des groupements d’intérêt publics regroupant des ministères et des collectivités locales, et qui exploiteraient des grands voiliers dans un but médical et social ;

-      Faire étudier par vos services le financement de la construction de ces navires ;

-      Définir avec d’autres ministères le pourcentage de jeunes qui désireraient effectuer des navigations transatlantiques à bord d’un grand voilier. Celles-ci seraient financées par l’Etat et les collectivités locales.

La réalisation d’un tel projet ne serait-il pas porteur d’avenir à l’aube du troisième millénaire ?...

J’espère que ce courrier retiendra votre attention, et je vous prie d’agréer, monsieur le Ministre, l’expression de toute ma considération.

 

Jean-Charles DUBOC

 

 

J’ai envoyé ce courrier le 27 décembre 1999, quelques jours avant la fin du deuxième millénaire et j’espérais convaincre le ministère de lancer un projet de grand voilier-école à cette occasion.

Peine perdue, mais nos amis Bataves l’ont fait !...

Ils ont fait construire pour cette occasion unique un magnifique voilier-école, le « Stad Amsterdam » qui a pour sister-ship le « Cisne Branco », voilier-école de la Marine brésilienne.

J’ai encore rêvé, d’autres ont fait le même rêve mais l’ont réalisé !...

 

Ce courrier est resté sans réponse du ministre.

Pas pris au sérieux ?...

Et pourtant…

Pourtant, il suffisait d’une courte enquête pour être fixé sur mes accusations !...

En effet, il suffisait, par exemple de contacter le « Fonds Monétaire Arabe » et de demander le « Rapport économique Arabe » de 1992, une étude annuelle effectuée par le Fonds monétaire arabe, la Ligue arabel’Organisation des pays arabes exportateurs de pétrole, et d’autres institutions importantes,

Le site Internet (Arab Monetary Fund) est celui-ci :http://www.amf.org.ae/

Et là, on apprend que « Le rapport, dévoilé lors d’une réunion des banquiers centraux aux Emirats Arabes-Unis, révèle qu’en plus, les gouvernements d’Arabie Saoudite, du Koweït et des Emirats du Golfe ont fait pour 84 milliards $ de paiements directs aux Etats-Unis, à la Grande Bretagne et à la France pour les dépenses militaires. Les officiels ont déclaré que des paiements à l’Egypte et à la Syrie, qui était membres de la coalition opposée à l’Irak, ont pu totaliser entre 3 milliards $ et 5 milliards $. »

C’est disponible dans l’édition du New York Time du 8 septembre 1992 :

Il aurait été aussi facile de rechercher dans les comptes du Trésor public si des milliards avaient été virés au titre des indemnités de guerre de « l’Opération Tempête du Désert » !...

Cela a été fait seulement en 2008, après un courrier du président de l’Union Nationale des Sous-officiers en retraite (UNSOR).

Il est vrai que c’est une association qui compte 15.000 membres et que c’est difficile de ne pas répondre.

Et là, on découvre dans la réponse du chef de cabinet de Christine Lagarde, que « Cependant malgré les recherches effectuées en ce sens par les services du ministère, aucun élément d’information susceptible de confirmer ou d’infirmer ces allégations n’a pu être trouvé. En outre, les documents auxquels vous faites allusion sont inconnus du ministère ».

 

Ainsi, il y a bien eu des milliards qui sont partis des pays arabes du Golfe, mais rien n’est arrivé dans les comptes du Trésor Public !...

Où est passé l’argent ?...

 

Il y a suffisamment d’informations pour transmettre le dossier au Procureur de la République.

 

Jean-Charles DUBOC

 

—————

Précédent


Sujet: Guerre du Golfe 1991 : Lettre à Christian SAUTTER

Aucun message nʼ a été trouvé.