Elle vient de perdre la mairie de Paris.

15/05/2017 10:56

 

Finalement, je vais finir par l’apprécier

 

 

Et ça, rien que la perspective, j’adore déjà.

Car attention, grâce à l’élection de « Mak-Rond » et la déroute des « sortants », « Sœur-Âne » vient de former un trio infernal avec « Titine-Eau-Brie » et « T’Oublira » : C’est « dès demain » !

Superbe.

 

Il n’y a pas à dire, je sens que ce gars-là, je vais l’aimer, car c’est à lui qu’on doit ce splendide attelage, celui de l’indépendantiste guyanaise, de l’énârque des 35 heures et de l’ex-inspectrice du travail…

Attention, entre l’ultramarine ayant « gardé les sots » et les deux ex-copines qui ont eu une sévère fâcherie réciproque de plus de 5 années, arriver à se retrouver dans un même « mouvement », « sensibilité » ou « courant » du « P.soce » désormais moribond, il y a de quoi rire…

D’ailleurs j’attends le moment où « Âme-mont » viendra rejoindre les trois « pompon-mamies-girls » pour bien enterrer le bidule, que j’en salive par avance !

 

Finalement, elles perpétuent désormais cette éculée tradition avec le mouvement « Dès demain », né dès aujourd’hui, jeudi dernier, même si le changement, ce n’est plus maintenant mais « dès hier ».

Qu’on ne s’y méprenne pas, il ne s’agit pas d’un nouveau parti politique, mais d’un « mouvement citoyen », assure sans rire madame la mairesse des Parigots.

À la base de cette initiative, aussi inédite qu’audacieuse, une tribune publiée dans Le Monde, signée par près de 160 personnes, dont l’ancienne ministre « La-branchue », le photographe/(philosophe) Yann Arthus-Bertrand – celui qui la planète dans son objectif et se met à penser à elle par lui-même – et, par exemple le chanteur Jacques Higelin (celui de « Champagne »… que je pensais qu’il était mort à force de reporter ses concerts), dont l’un des plus célèbres tubes demeure « Irradié » – ceci expliquant probablement cela – tous soutenus avec de l’impôt local quand il s’agit de faire leur promotion par madame la mairesse… C’est franchement rigolatoire !

 

Au programme des réjouissances ? « Fédérer les initiatives locales », afin de créer « un espace commun, national, européen, international, à la fois de discussion et de promotion des solutions inventées tous les jours sur nos territoires. »

Arf ! Le bon-sens-près-de-chez-vous, c’est le Crédit-des-agriculteurs qui avait lancé le slogan, non ?

Là, on sent que les rédacteurs d’une telle feuille de route se sont copieusement essoré le rachis pour nous interpréter un sublime concerto pour tire-bouchon et vents-violents.

Parce que bien sûr, il s’agit de remuer de l’air : C’est bon pour la planète, n’est-ce pas ?

 

Les trois nanas sur le retour n’ont pas encore assimilé qu’elles se sont faites griller la politesse par « Mak-Rond »…

Voyons grand et ratissons large.

En effet, qui est concerné par ce grandissime projet ?

Pardi, « ce sont les citoyens engagés qui relèveront à la fois localement et globalement les grands défis auxquels est confrontée l’humanité ».

Ah bé tiens donc : Les Grands défis de l’humanité, rien de moins, vus par Madame Michu et le Père-la-Gloire au coin du zinc-local par un matin-aviné et ensoleillé…

Je vous le prédis : On va enfin trouver des solutions magistrales au problème de la vie sexuelle des mouches.

En revanche rien sur les questions essentielles, genre chômage ou sécurité au quotidien, préoccupations pourtant premières des gauloisiens-parigots ou lilloisiens qui ne sont même pas évoqués dans cette logorrhée bêtifiante.

 

Bref, à côté de ce viatique-là, la conquête de la planète Mars, chère au très incompris « Cheminable », fait figure de simple virée en Vélib’ à Paris-sur-la-Plage !

Figurez-vous, que j’ai pu en rire à gorge déployée depuis ma lagune…

 

Puis, histoire de donner corps à cette quête d’un avenir radieux, rien de plus simple : Il suffit de demander. Logique.

Ainsi convient-il de « libérer notre avenir français et européen de la catastrophe environnementale, de la casse sociale, de la faillite démocratique, de l’abandon des valeurs républicaines ».

Ah oui ?

Mais oui !

Que c’est kon ces gonzesses qui n’y avaient pas pensé plus tôt, tient donc…

Chiées ces nanas-là : Elles ne savent même plus comment perdre leurs mairies, à ce que j’en traduis…

 

« Le moment est venu de nous émanciper des vieux carcans d’hier et des débats strictement internes aux appareils politiques pour créer un mouvement. »

Du vent.

Violent vous ai-je dit.

Parce que oui, c’est vrai, la débâcle du « P.Soce » à la présidentielle est dans tous les esprits quand survient l’annonce de cette initiative.

Après l’humiliation de leur candidat, c’est aussi le tsunami des législatives qui s’annonce pour la rue de Solferino. Il ne va rien rester que la fille à l’accueil, derrière son comptoir.

Alors, perdu pour perdu, autant essayer de repenser la gauche et forcément avec un horizon bien plus, beaucoup plus lointain que 2017.

Une sorte d’assurance-obsèques.

Et d’ailleurs, il ne s’agirait même pas de recomposer le « P.Soce » a insisté « Sœur-Âne », mais de fonder un « grand mouvement d’innovation pour une démocratie européenne, écologique et sociale ».

Diantre…

Dingue !

Je l’adore : Elle a déjà perdu son magnifique bureau-rive-droâte, qu’elle s’imagine européenne écolologique et « soce-iale ».

Notez que d’un certain côté, il serait temps.

Mais bon, les trois meufs ont plutôt leur avenir derrière elle et ne se voient pas vieillir, finalement…

 

Il faut leur reconnaître au moins que dans l’urgence de la situation, en empruntant la sémantique qui a fait le succès du nouveau Président, elles lui rendre un hommage appuyé sans rendre compte : C’est dit, le mot banni désormais c’est « Parti » : Place aux … « Mouvements » !

C’est bien aussi le sens de la leçon que « Mes-Luches » a infligée au « P.soce ».  « Dès demain » n’est d’ailleurs pas le seul « mouvement » dont la création a été annoncée.

Signe de la dégénérescence-finale soce, même « Âme-mont » – pourtant soutenu et par « Titine-eau-Brie », « Sœur-Âne », et « T’Oubliera » lors de la Présidentielle – a indiqué de son côté qu’en juillet verrait le jour un « mouvement transpartisan »… 

Un de plus : Marrante cette contagion-là.

Ce doit être l’effet d’un virus aérobique : Faudra que je me méfie quand je rentrerai (peut-être) au pays.

Parce qu’il a l’air de rendre dingue, vous savez, de ces maladies dont on meurt ou on en reste idiot…

 

Comment se sortir de ce maelström général ?

Les fondateurs de « Dès demain » en disent vouloir échapper à un « face-à-face entre ceux qui prônent la dérégulation et ceux qui misent sur la démagogie pour renverser la table ».

Ni « Mak-Rond », ni « Mes-Luches » en quelque sorte.

Et de réaffirmer haut et fort : « Dès demain n’est pas un parti politique » et n’a aucune ambition pour les législatives.

Et pour cause…, elles n’en auraient pas vraiment les moyens à seulement 160 signataires dont bien des troubadours.

Mais il paraît que ce serait bel et bien un mouvement permettant de rassembler des personnalités politiques d’horizons divers ainsi que des citoyens.

Seul compte le partage de quatre valeurs : La « démocratie, l’écologie, la solidarité et l’idéal européen ».

Hein, je te vous demande un peu ce qui le plus clivant, dans cette quadrature-là ?

Et d’immédiatement ajouter que les personnes encartées voulant le rejoindre n’auront pas à quitter leur parti.

Ouf : J’angoissais un peu de ne pas pouvoir prendre une carte des chez « Cheminable » ou du « Lassalien »…

Ce qui rappelle une fois de plus la petite musique de qui ?

Mais d’En marche !

Sauf que chez lui, désormais, ça s’appelle « République En Marche » (Rém et non pas règne) et que c’est désormais un parti qui exclut tous les autres dans ses rangs…

Questions de pépettes et de gros sous à venir…

 

Ne cherchez pas trop, « Dès demain » en deviendra un dès qu’il s’agira de collecter des fonds pour les futures campagnes municipales de ses fondatrices, alors que « le chose », il prend l’allure et les habits d’un « think-tank ».

Paradoxale.

Ce qui démontre bien la panique qui s’est emparée de leurs esprits.

« Sœur-Âne » a déjà perdu et elle le sait.

 

Et d’ailleurs, parmi ces 160 premiers signataires, on trouve notamment le député de la 7ème circonscription de Paris réélu depuis près de 20 ans et adhérent au parti depuis… 1972 : Un candidat d’avenir s’il en est !

Mais aussi des élus « écololo-bobos » comme la députée européenne « Kari-mama-D’elle-lit » la bien-pensante d’une autre ère…

Et puis des membres de la « société civile » très divers, comme un humoriste, le président du Samu social de Paris en passant par l’urgentiste-chef sont sur les rangs. Et encore des entrepreneurs, artistes, architectes, biologistes, avocats…

Moi j’adore : Ça sent le sapin pour la mairesse sortante.

Elle fédère ce qu’elle peut et elle peut peu…

 

Pourquoi donc cette mosaïque bien hétéroclite ?

Si la tribune indique de manière assez floue qu’il s’agit de « libérer notre avenir français et européen de la catastrophe environnementale, de la casse sociale, de la faillite démocratique, de l'abandon des valeurs républicaines (…) en faisant émerger en permanence des réponses nouvelles » (c’est dire s’ils sont à cours de thématiques renouvelées), l’entourage de la Mairesse parigote souligne l’importance du travail de terrain, des initiatives locales pour faire émerger ces nouvelles réponses.

Vous savez la grande réussite de « Ségololo » avec ses allures de madone, bras ouverts qui se laissait dire « laissez venir les petits-enfants à moi ».

Kon comme attitude. Le dernier qui a fait ça, il a fini cloué sur une croix et un de ses prédécesseurs a dû en picoler la cigüe jusqu’à la lie.

Ça ne leur a pas bien réussi, finalement.

 

Un site internet devrait mettre en avant ces initiatives, et un premier rassemblement devrait être organisé dans le mois à venir à Paris. Objectif : aboutir dans un an à « 100 propositions qui changeront la France et l’Europe ».

Ouh la vache ! Pourquoi n’y avoir pas pensé plus tôt, au juste ?

100, rien que ça. Et les 1.000 problèmes qui gâchent la vie des parigots et des lilloisiens, alors ?

 

Reste à savoir si ce nouveau mouvement va prendre racine, au milieu de tous les autres… ou s’étioler signant la fin du socialisme à Paris-sur-la-plage…

De son côté, on se rappelle de « Titine-Eau-Brie » reste une spécialiste de l’initiative passant par une tribune : Il y a un peu plus d’un an, elle signait déjà une telle tribune, intitulée « Sortir de l’impasse », où elle s’exclamait : « Trop, c’est trop ! », voulant signifier ainsi au gouvernement du moment qu’elle s’opposait de toutes ses forces à sa politique à base de loi Travail, pacte de stabilité et déchéance de la nationalité. 

Comme d’habitude avec « Titine », les choses en étaient restées là et le reste a été mouru, dépecé.

 

Aujourd’hui, vu les scores astronomiques de « Mak-Rond » dans la capitale, « Sœur-Âne » pense manifestement à sa réélection à Paris en 2020 avec cette alliance hors-sol et, pourquoi pas, à sa sélection aux primaires présidentielles du PS pour 2022. D’ailleurs, elle est suivie par ses lieutenants qui la poussent courageusement au feu de la première ligne, dont son adjoint « Pruneau-Juju-Lard » et  la député « Kaka-Bine Burger ».

Que des apôtres du « vivre-ensemble » à travers la culture et l’éducation, en mettant des voies à contre-sens dans les rues des obstacles partout où c’est possible et transformer les trottoirs en course d’obstacles…

 

Bon, là maintenant, il s’agit d’anesthésier la « machine-à-perdre » à droâte et se mettre dès après les législatives en ordre de marche pour dans trois ans.

Un calendrier « court », compte tenu des délires passés et des rancœurs encore actuelles.

Parce que moi, je ne rentre pas tant que « Sœur-Âne » fait le Grand-Guignol sur les bords de Seine. Il s’agirait de mettre fin au règne « soce » sur la kapitale de mon pays-à-même (que j’aime tant et qui me le rend si mal) pour fêter dignement les jeux olympiques quatre ans plus tard.

 

Source : http://flibustier20260.blogspot.fr/2017/05/finalement-je-vais-finir-par-lapprecier.html

 

—————

Précédent