Démocratie directe et Sécurité extérieure (I)

30/07/2014 13:56

 

Les femmes et les armes atomiques

 

L’approche du 14 juillet 2014 a été pour moi l’occasion de m’envoler vers la Grèce et d’embarquer à bord d’un voilier de 39 pieds pour naviguer tranquillement d’Athènes au golfe de Volos.

Une navigation magnifique où, de mouillage en mouillage, j’ai pu découvrir une nature maritime paisible, peu peuplée, et qui a peu changée depuis des milliers d’années.

A un moment, en navigation, je me suis demandé « Quel est le rôle de l’État ?... ».

La réponse a été immédiate : « Construire des sous-marins stratégiques !... ».

Et j’imaginais un SNLE dans ces magnifiques paysages.

 

Les sous-marins lanceurs d’engins (SNLE) de nouvelle génération, de la classe « Le Triomphant », sont de superbes bâtiments à propulsion nucléaire de 138 mètres de long et de 12 640 tonnes de déplacement en surface.

Leur vitesse en plongée est supérieure à 25 noeuds et leur armement est de 16 missiles M51 qui permettent de frapper un objectif situé à 9.000 km avec une vitesse d’arrivée de Mach 15 (19.000 km/h).

Chaque missile M51 est équipé de 6 têtes nucléaires de 150 kt chacune, soit, par tête nucléaire, dix fois la puissance de la bombe lancée sur Hiroshima.

Ainsi, chaque missile M51 présente une puissance de feu nucléaire d’environ un mégatonne, soit 66 fois la bombe d’Hiroshima.

Les 16 missiles M51 d’un seul sous-marin stratégique représentent une puissance destructrice de 16 mégatonnes, soit 1000 fois Hiroshima !...

Que représente, en nombre de victimes, l’explosion d’une tête nucléaire de 150 kt sur une grande ville ?...

Vous pouvez en avoir une idée en désignant des cibles sur le site nukemap :

http://nuclearsecrecy.com/nukemap/

Le nombre de tués, lors d’un tir d’une seule tête nucléaire, va de 200.000 à un million victimes, et deux à trois fois plus de blessés graves.

Combien une salve de 16 missiles peut-elle tuer de personnes ?...

Prenons l’exemple de la Chine.

On peut considérer qu’un seul missile et ses 6 têtes nucléaires de 150 kt peuvent détruire une ville comme Pékin et son agglomération, soit 17 millions de personnes.

Les seize missiles d’un seul sous-marin peuvent ainsi détruire les seize premières agglomérations de Chine soit près de 195 millions de personnes en quelques minutes.

C’est complètement démentiel, épouvantable, et donne la mesure du péril en suspend sur la planète.

Une véritable « épée de Damoclès » nucléaire est placée sur l’humanité toute entière.

 

La force de frappe nucléaire a été lancée dans les années 1960 afin de faire face au péril soviétique.

Nous sommes rentrés, à cette époque, dans une stratégie de dissuasion. 

Cela veut dire que, dans une situation où les intérêts vitaux de la France seraient l'objet d'une grave menace, le président de la République a la possibilité d'engager d'éventuelles représailles nucléaires contre l'attaquant.

A l'époque, le général de Gaulle disait qu'on pouvait raser les cinq plus grandes villes de l'Union soviétique, ce qui ferait 80 millions de morts. Est-ce que les soviétiques voudraient jouer à ça ?...

Face au risque d’un enchaînement nucléaire funeste, et à un conflit mondial généralisé, les défenseurs de l’arme atomique se positionnent en disant que ce n’est pas fait pour être utilisé !...

A mourir de rire, si ce n’était pas aussi effrayant.

Car les risques d’une utilisation de l’arme atomique existent bel et bien, tant par la possibilité d’un tir intempestif ou par le risque d’un vol d’armes nucléaires non sécurisées (Pakistan), ou encore par le fait qu’un pays doté de l’arme atomique tombe entre les mains de grands délirants, religieux ou autre.

Les risques sont immenses et de nombreuses personnalités s’en inquiètent, y compris chez des militaires de haut rang comme le général Bernard Norlain.

Et puis, il y a un problème de fond : les citoyens sont-ils d’accord pour construire des armes atomiques ?...

Les citoyens ?...

Surtout les citoyennes !...

Car la question n’a jamais été posée aux Français, et encore moins aux Françaises !...

Imaginez cette question posée par le président de la République lors d’un référendum sur le nucléaire : « Soutenez-vous la construction d’armes nucléaires capables de tuer des millions de mamans chinoises, ou russes, et leurs petits, en quelques minutes ?... ».

La réponse des femmes serait, très majoritairement, NON !...

Pas plus de 2% à 3% des femmes sont capables de défendre une telle idée.

S’il n’y avait que les femmes, on ne pourrait jamais faire la guerre !...

Et c’est bien pour cela que la démocratie directe n’est appliquée dans aucun pays de la planète, sauf, peut-être, en Suisse.

Et pourtant…

Et pourtant, la démocratie directe me semble être la meilleure solution pour résoudre les défis actuels de la planète.

En effet, posons différemment la question sur les armes nucléaires : « Des fanatiques religieux excisent leurs femmes en Irak en en Syrie, leur mettent une burqa sur la tête, et veulent imposer aux Françaises, un jour ou l’autre, le même traitement. Souhaitez-vous utiliser des bombes atomiques pour les neutraliser ?... ».

Là, le pourcentage de OUI des femmes serait nettement supérieur !...

Mais si on explique à nos charmantes compagnes, maman de nos enfants, que, si les armes atomiques tueraient bien de véritables tarés sanguinaires, elles élimineraient aussi des femmes avec leurs petits… le problème resterait le même.

Là, les femmes comprendraient qu’il faut des armes classiques pour éliminer ces malades mentaux monstrueux qui sont dignes des hordes nazis.

Et ce ne serait pas difficile de faire comprendre aux femmes qu’une défense puissante et classique est absolument nécessaire !...

Une question de fond qu’il est possible de poser à toutes les femmes de la planète.

Il s’en suivrait une politique de réduction inévitable de l’armement nucléaire, une orientation des investissements vers des moyens de défense classique, l’utilisation des moyens de recherche nucléaire vers des applications pacifiques comme la recherche vers de nouvelles sources d’énergie ou encore la protection de la Terre de l’arrivée d’une comète.

Il faudrait aussi créer de puissants moyens de formation humaine des jeunes des pays qui tombent sous le joug de fanatiques religieux.

La navigation en équipage, en haute mer, à bord de grands voiliers-écoles, serait une possibilité.

Une politique qui serait parfaitement comprise par la majorité des citoyens.

Ainsi, le désarmement nucléaire sur la planète passe par la démocratie directe et le tirage au sort d’une partie des représentants du peuple.

Et ceci au niveau planétaire.

 

Jean-Charles DUBOC

 

—————

Précédent


Sujet: Démocratie directe et Sécurité extérieure (I)

Aucun message nʼ a été trouvé.