De primaires en primaires

11/10/2016 12:58

 

Tout se passe comme prévu…

 

Vous vous souvenez sans doute que le 29 septembre, je vous ai gratifié d’un post lu plusieurs centaines de fois

Où je vous avertissais de tout l’intérêt des « primaires »… américaines, en l’occurrence.

En fait, elles étaient closes et il s’agissait du premier débat « Il-a-ri-Pine-Tonne »/« McDonald-Trompe ». Et de vous expliquer comment les élections du 8 novembre allaient peser sur les « primaires de droâte » en « Gauloisie-éternelle ».

Je confirme.

Plusieurs choses.

 

Nous y reviendrons, mais il me semble que le mécanisme des primaires a tendance à mettre en exergue les « plus-mauvais » postulants.

C’est déjà le cas pour « Il-a-ri » dont bien des sondages d’opinion montrent combien elle est impopulaire aux USA.

Et c’est encore plus frappant avec « MacDo », au moins comme autant ça l’avait été avec les primaires « soces » de 2006 et de 2011 en « Gauloisie-gauloisienne ».

En 2006, le meilleur candidat (pour le pays) était « Déesse-khâ » : Il s’est opportunément désisté au profit de « Ségololo » devenue dès après incapable de mobiliser les éléphants et l’appareil du parti et vous avez eu droit très logiquement à « Bling-bling » en vainqueur.

Un scrutin manifestement truqué…

L’erreur de « D’jack-langue » que de l’ouvrir à tous…

En 2011, la meilleure (pour le pays) était « Titine-eau-Brie ». Vous avez eu la « fraise-des-bois-tagada » qui s’est transformé au fil du temps en « Capitaine-de-pédalo-à-la-fraise-des-bois » avec constance (et consternation)…

Là encore, un scrutin « ouvert » qui a permis tous les subterfuges & manipulations possibles.

La « droâte-républicaine » s’y essaye à son tour à la fin de ce mois de novembre.

Le meilleur candidat (pour le pays) reste « Le-Mère », mais vous aurez « Juppette ». Là, la tendance est claire.

« Le-Mère » est bien trop « neuf », « Juppette », feu « le meilleur-d’entre-nous » sera donc désigné pour être « le moins mauvais d’entre tous »…

Parce que bon entre « Bling-bling » qui fait peur même au FRAC (et à beaucoup trop de « Gauloisiens-de-Gauloisie ») et te propose deux référendums là où ce n’est techniquement pas possible (a-t-il suivi ses cours de droit constitutionnel de la fac de Nanterre, au juste ?) sur des questions dont on n’a rien à battre (ex-post-burkini et attentats divers : Le kon qui a été ministre de l’intérieur, il ne sait même pas que les « fichés-S » c’est de la gnognotte, puisqu’il existe un autre fichier bien plus riche desdits « radicalisés »), « Fifi-le-déchu » aux affaires dans son ombre pendant 5 ans et qui n’en a rien glandé et « J’y-Elfe-Coopé » qui ment presqu’aussi bien que tous les autres réunis, y’a pas trop le choix…

Et là, « sauf erreur ou omission », vous verrez que « Juppette » désigné, « Bling-bling » se présentera quand même, malgré les tricheries et bourrages d’urnes dont il s’est fait une spécialité, comme on l’a vu avec l’élection du président du parti, en plus de ses financements passés pour le moins « douteux & obscures »…

Une catastrophe pour les institutions-démocratiques, ce dernier quidam-là.

Les primaires, c’est donc un jeu de dupes.

 

Pareil aux USA : Regardez donc l’improbable « Trompe » !

Un phénomène de mélange ultra-mégalomaniaque (plus de 20 % des élus de son propre camp républicain le réfutent désormais, et, sommé de se désister, il s’accroche malgré l’avertissement prodigué de ma part jeudi 29) et d’ultra-démagogie qui frise la puérilité perverse.

Alors, bien sûr, j’ai regardé en direct le dernier débat des deux impétrants, dimanche dans la nuit.

Même si je n’ai pas tout vu, pour cause grosse de fatigue : Hier matin, je n’étais « pas clair » pour aller bosser, les yeux pas en face des orbites, planant un peu à côté de mes ailes, mettant mêmes des chaussettes dépareillées aux pieds !

 

Ce gars-là, il est bon pour nettoyer les chiottes, rien de plus…

Et s’il est élu – contre tous pronostics, il faut bien le dire désormais, mais le pire n’étant jamais sûr, le meilleur l’est encore moins – il va balancer un maximum durant ses quatre années de mandat, que Snowden et Assange vont passer pour de ridicules-lilliputiens à côté de lui.

Je vous le rappelle, on cherche toujours 20 à 25 milliards de dollars piqués en douce aux koweïtiens en août 1990. Enfin, « on cherche », non, on devine où ils sont planqués, mais ce sont des secrets qui sont jalousement gardés au chaud, parce que ce serait une catastrophe internationale pour le « gendarme du monde » et ses services de barbouzeries (encore en action en Syrie, en Irak et dans bien des endroits ailleurs)…

C’est tout l’enjeu du scrutin du début novembre prochain aux States, même si on ne le vous dit surtout pas (des fois que ça vous ouvre les yeux sur le niveau de corruption désormais atteint un peu partout).

Notez que sachant tout cela à travers les études du BRI (150.000 milliards de dettes cumulées qui se promènent autour de la planète, 215 % du PIB mondial : Ça laisse forcément des traces…), la FED noie le poisson sous ses montagnes de QE depuis quelques années.

Pas facile d’y repérer après coup ces quelques 20 milliards pas tout-à-fait dormants…

 

Et il vaut mieux s’imaginer qu’« Il-a-ri » va finalement l’emporter, parce que les incidences sont énormes tout autour de la planète jusque même en « Gauloisie-républicaine » (que déjà vos députés s’inquiètent en douce…).

Eh, ce n’est pas pour rien si les « hackeurs » de « Poux-tine » s’emmêlent les pinceaux à hacker les fichiers de « Pine-tonne » et pas ceux de son adversaire, pas plus que les dossiers « classifiés »…

Justement, si ça sort (et ça peut très bien venir à l’occasion du centenaire de « Mythe-errant » le 26 de ce mois-ci), tout le monde en sera surpris sauf, devinez qui ?

Sauf « Bling-bling » un des rares « qui sait » et se retrouve en situation de pouvoir jouer le rôle de la « blanche-colombe » aux mains propres, puisqu’il a assumé sa part de « grand-secret » à travers son « grand-emprunt » (décembre 2009/loi de finances de mars 2010).

 

Ceux qui exploseront en vol, outre « Déesse-Khâ » (mais il ne risque pas grand-chose pour avoir déjà atterri) parce qu’il était à la manœuvre à l’époque, voire « D’jack-@talus » au courant de tous les secrets du Président de 1990/1991, ce sont tous les autres, y compris « Juppette » premier des ministres du « Chi » de 1995 à 1997, époque où il n’a rien vu ou détourné le regard, et sinistre des « affaires-étranges-aires » de « Bat-la-mou » de 1993 à 1995 et de « Bling-bling » de 2011 à 2012 après avoir été celui de la guerre et des anciens combattants de 2010 à 2011 (plus quelques autres fonctions d’importance également : Il a de « l’étoffe » comme on disait autrefois…), là où il pouvait avoir accès à tout ce qu’il voulait des secrets de la Nation, de ses forces armées et de sa diplomatie.

Bref, personne ne pourra croire qu’il ne savait rien de tout ce fatras…

 

Et quand je vous dis que « Bling-bling » se présentera à vos suffrages en avril prochain, c’est bien en comptant sur la stratégie de la terre brûlée de « Trompe » (après moi, l’herbe ne repousse plus sur mon passage…), délégitimant complètement la primaire de « droâte ».

D’autant que votre « capitaine-de-pédalo-à-la-fraise-des-bois » compte plutôt sur l’administration démocrate pour trouver quelques appuis-discrets à l’occasion des « primaires soces », vu qu’il a donné le change à « Haut-bas-Mât » quant à sa « crétinudité-absolue » sur ces dossiers, au même titre que « Bling-bling » qui croit encore rester le « bon-soldat » de l’administration de l’Oncle Sam (chauffe…).

Fou, et vous passez à côté de tout ça !

 

Ceci dit, ce deuxième débat a tenu ses promesses : « Trompe » ressortait d’une semaine catastrophique et il a joué de la pirouette (de ce que j’en ai compris) pour s’en sortir tout en fracassant les « Pine-tonne » en s’attaquant à « Billy-la-quéquette-baveuse », accusé de viol, rien de moins et en faisant « conférence de presse » avec ses quatre victimes, avant l’ouverture des débats, ce qui contrebalançait assez bien ses propres « propos de vestiaire » sur les chattes (adorées , adulées) de ces dames.

Même que « Miss-Trompe » en a été retournée, à ce qu’il paraît…

Pas vraiment un scoop dans la mesure où ses quatre casseroles sont déjà passées par la case justice…

Et on se souvient que leur « presse-aux-ordres » en avait fait des tonnes sur ces sujets.

D’ailleurs, on se demandait si « Trompe » ne se trompait pas d’adversaire dimanche soir, sur ce coup-là.

Moi-même, je ne suis pas sûr d’avoir tout bien compris…

Les effets de la barrière des langues et de l’heure avancée.

 

La tension était en tout cas palpable, les deux candidats ayant refusé de se serrer la paluche en entrant sur la scène. Puis ils se sont livrés à un véritable duel mêlant attaques personnelles et critiques de fond, confinant parfois au règlement de comptes. Alors que le format du débat prévoyait que l'essentiel des questions soient posées par les spectateurs, les modérateurs ont eu du mal à interrompre les prétendants tant leurs échanges étaient vifs.

 

Miss est apparue moins détendue qu’au cours du premier débat. Mister avait du mal à contenir son exaspération, marchant nerveusement de long en large sur la scène comme un tigre en cage pendant les interventions de sa concurrente.

Elle-même a donné des signes marqués d’exaspération.

Le ton est donc monté rapidement dès les premières minutes. « J’ai toujours dit que Donald Trump n'était pas apte à gouverner », a lancé « Il-a-ri », royale.

Parlant de la vidéo accusatrice de 2005, elle « montre exactement qui il est, non seulement avec les femmes, mais avec les Latinos, les immigrés, les Noirs, les handicapés, les musulmans… ».

Bing, dans les dents !

Et les attaques ont continué sur ce rythme tout du long des 90 minutes de débat.

 

J’en ai loupé un paquet et je me suis réveillé pour la fin du débat alors que les deux candidats se sont enfin serrés la main, après qu'un spectateur leur a demandé de «nommer une chose positive que vous respectez chez votre adversaire ».

« Je respecte ses enfants, capables et dévoués », a déclaré la miss : Mièvre.

« Elle ne lâche pas, elle ne renonce pas, c'est une battante », a concédé de façon inattendue « Trompe ».

Une sorte d’hommage à ses « grandes qualités » politiques peut-on supposer…

Et finalement, on en a presque plus appris avec le débat des « seconds-couteaux » des « vices » du 4 octobre.

 

Mike Pence avait tenté de sauver son partenaire « MacDonald »… Quant au sénateur de Virginie Tim Kaine, son job a été d’interrompre un Pence impavide une soixantaine de fois en 90 minutes.

Résultat : Les sondages des médias institutionnels ont donné Pence gagnant. Car ce dernier a projeté une image rassurante, présentant ses dossiers sans arrogance, d’un ton posé.

Quand je vous dis que les américains ont tout intérêt à passer directement la Maison-Blanche au vice-président, il n’y a que « MacDonald » pour ne pas s’en rendre compte !

Kaine faisait un discours, là où Pence tenait une conversation. Une conversation avec le peuple, fixant la caméra aux moments importants. Bottant en touche la litanie d’accusions brassées par son adversaire, il est resté focalisé, adulte.

Reste que la tendance de l’opinion, dès lundi semblait confirmer que « Miss Pine-Tonne » a quand même capitalisé, probablement de peu, mais elle « conforte ».

Au peuple de choisir ensuite « le moins mauvais » des candidats à un seul tour, après le prochain et dernier débat.

 

C’est bien le défaut de conception « primaire et viscéral » du mécanisme des primaires, quel que soit le pays, d’ailleurs.

Vous aurez noté qu’en GB, après le choc du « Brexit », tout le monde donnait premier ministre « Beau-Rice-Gore-Donne » et finalement, c’est « Théière-mais-n’en-peut-plus » qui dirige le gouvernement de sa très gracieuse-Majesté : Pas eu besoin de « primaire », juste quelques discussions sur le ton feutré et discret qui sied si bien à l’empire-britannique et ses aimables sujets.

Alors que chez nous, ça va commencer à chauffer : À « droâte », ils vont faire le boulot de leurs opposants.

À « gôche », ils vont s’entredéchirer. Y’en a même un qui reconnaît avoir fait une erreur-manifeste en choisissant de soutenir « feu-François III ».

Dites-moi : Celui-là, il veut vraiment Présider à la Patrie s’il est capable de bourdes aussi énormes, là ?

Et chez les « écololos » ils vont remettre le couvert pour se disputer les 5 % de dogmatiques-réchauffistes du pays…

 

Va-t-il falloir que je prévois autant de déplacements pour un concours opportun au « plus-nul », alors que j’ai prévu de me déplacer que fin novembre ?

Vous me savez de « droâte-gaulliste » : Je vais donc voter « Juppette », droit dans mes bottes.

Mais si je me déplace pour les deux autres primaires, qui est donc le plus nul ?

Va falloir que j’étudie la question…

Et ensuite ? Irai-je en Allemagne pour voter « coco » histoire de bien foutre le merdier ? Et en Angleterre soutenir les écossais-séparatistes ?

Faut que je pense à m’inscrire en qualité d’expatrié.

Je ne sais pas si ce sera possible avec ma double-qualité d’expat’ monégasque qui sera acquise pour leurs prochaines élections, et d’impat’ en « Ritalie » pour le référendum de « Rein-z’y », ou l’art de voter plusieurs fois…

Déjà qu’au pays qui est le mien (que j’aime tant et qui me le rend si mal…), je ne suis toujours pas radié des listes électorales et qu’en plus on me fait voter au moins deux fois en « Corsica-Bella-Tchi-tchi », mes cartes d’électeur se baladant entre des mains inconnues (probablement celles des maires en place…).

Elle est chouette la démocratie élective, ne pensez-vous pas ?

 

Source : http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/de-primaires-en-primaires.html

 

 

—————

Précédent