« Castagneur » à la tête du parti de « Jupiter »

31/10/2017 23:34

 

Agaçant, non ?

 



Non pas que ce soit un mauvais choix en soi : Je serai assez mauvais juge dans cette affaire, puisque je ne porte pas vraiment dans mon estime les « sociaux-traîtres », d’autant mieux quand ce sont des « Soces ».
Vous me direz que chez eux, c’est presqu’une seconde nature : Quand on est « porte-la-parole » et élus des « sans-dents » du pays on ne se pavane pas sous les ors des « salons de la République » en appauvrissant le peuple durant une demie-décennie…

Un mek de « droâte », encore… puisque plus kon, on a du mal (jetez donc un œil du côté des « Républicains-démocrates » pour estimer, estimer seulement, le niveau de leur konnerie-collective), mais un mek de « gôche », ça me démonte grave le neurone.

Passons…


On a donc appris la semaine dernière « le choix » du maître et déjà, ils étaient tous à se tordre fébrilement les doigts imaginant qu’un portefeuille-ministériel pourrait devenir vacant : Y’aura-t-il des « kons-structifs » dans la nouvelle équipe à venir, ou des « insoumis » ?

Je rigole…

Car « Castagneur » cumulerait les atouts pour le poste, pour le moment occupé par une direction collégiale formée par l’ex-député « soce » « Art-no-Le-Roy » (comme son nom l’indique), la sénatrice « Bas-riza-Khi-a-ri » et l’ancienne conseillère du chef de l’État, « As-Trid-Pas-no-Syan » et que par conséquent, à lui tout seul il fera mieux que les « trois-déchus ».
Mais lui en plus serait apprécié autant des députés « LRM-même-pas-en-rêve » que par les « marcheurs-réunis ».

Ce qui reste à voir : On va y revenir…



Concrètement, ce sera le conseil national de « LREM-même-pas-en-rêve » qui l’élira au poste de délégué général du parti du président de la République, lors d’une convention le 18 novembre à Lyon.
Lui, niais en dit que « La force de #LREM est son collectif, ses 400.000 adhérents, rien n'est décidé et ne se dessine ainsi », a-t-il nuancé sur Twister.
Le comique : Il ne sait pas comment ça marche les « en marche » ?
Il aurait dû lire quelques-uns de mes posts dont au moins celui-là.
Je l’avais prévenu – comme tous les autres – en avril dernier.



« C’est bien Christophe Castaner qui a été retenu » à l’issue d’un « dîner » lundi dernier au soir à l’Élysée, a depuis déclaré une source parlementaire, en soulignant « l’épaisseur » du désigné volontaire d’office qui « incarne bien le parti » dont il est un des membres historiques.
« Historiques », n’est-ce pas : Pas encore un an = La belle histoire !

Quant à « l’épaisseur », il doit s’agir du poil de la barbe encore « un peu-menue ». En revanche, c’est certain, il « incarne bien ce parti » de « retourneurs de veste » : La même tronche en plus que « Du-Tronc » quand lui chantait qu’il retournerait aussi son pantalon !

L’Élysée « a voulu une marque de centre-gauche », a appuyé un proche du chef de l’État, en référence à son passé « soce », tendance « roro-cardienne ».
« Opportuniste » aurait été plus approprié…

Si l’argent n’a pas d’odeur, le pouvoir est de toutes les couleurs.



Et lui-même d’en rajouter dans la tartuferie : « Il faut construire un nouveau mouvement politique, qui va rassembler le plus grand nombre d’acteurs qui sont engagés dans le mouvement en France. Je trouve ça absolument passionnant, bien sûr ça m'intéresse ! »

Député des Alpes de Haute-Provence, réélu en juin dernier sous sa nouvelle bannière, il s’était imposé comme une figure et une voix de la campagne présidentielle, déjà « porte-la-parole » de « Jupiter » et très logiquement devenu celui du gouvernement en mai, en incarnant en même temps son aile gauche.

Son départ programmé pour la tête du parti devrait effectivement entraîner un petit remaniement au sein du gouvernement et on annonçait déjà que le « recalé », « Benne-Rat-Mine-Grivois » pourrait ainsi reprendre le « porte-la-parolat » pour une séance de chaises musicales limitée.
Normal : On attend juin prochain pour faire un « premier bilan » des ministres en poste et les virer à l’occasion. Ils ont tous été prévenus dès le départ et seuls quelques-uns n’ont pas su attendre (« Bébé-Roux », « Serre-naze », « Goût-du-lard », …), les « Mak-MoDem », les cocus de l’histoire.
Logique quand on se croit au milieu de tout pour penser en devenir le nombril incontournable du monde…



Pour l’heure, l’impétrant doit encore réunir ses parrainages, présenter sa candidature avant le 2 novembre puis être officiellement élu par le Conseil national du parti le 18, même si il n’y aucun suspens « démocratique » bien que « l’Élysée n’a pas à nommer qui que ce soit et ne l’a donc pas fait », nous rassure-t-on via l’AFP.

Là, ce sont eux qui rigolent…

Et comme la « délégation générale de La République en marche » est une « fonction bénévole » et que même un « politique », il a un train-de-vie à assumer sur le dos des kontribuables, il a avancé que « celui ou celle qui en prendra la responsabilité aura d’autres activités ».
Je ne sais pas pourquoi, mais je le vois bien redevenir député avant de briguer… un poste de sénateur : Le mandat est plus long et les prochaines élections sont prévues en septembre 2020, après le « raz-de-marée » des municipales potentiel de mars de la même année…



Oui mais alors si « Benne-Rat-Mine-Grivois » lâche son secrétariat, qui va prendre sa succession ? Le nom « d’Amélie de Mont-câlin » circule. Quant aux relations avec le Parlement, on évoque les noms de « Jacquy-Gourde-Haut », ministre auprès de « Gégé-La-Colombe » ou « Jacquou-Lézard », en charge de la Cohésion des territoires qui « ne fait aucun mystère qu’il n’est pas heureux dans le gouvernement, du moins dans cette fonction », affirme un parlementaire « LREM-même-pas-en-rêve » à la presse.
Comme on ne lui demandait rien, c’est qu’on vous prépare tous à ces prochains délires-là…

J’y reviens comme promis : Le procédé agacerait en fait aussi bien les opposants politiques que certains proches de la majorité m’a-t-on affirmé.
Ah bon ? 

Et pourquoi donc ?



« C’est dingue ! On nous disait que c’était le parti du XXIème siècle. Or c’est le conseil national qui choisit le délégué général et pas les militants ! Quand on est « Marcheur », la seule liberté qu’on a, c’est de coller des affiches ! », tonne un conseiller de l’exécutif.

Eh, Dukon, c’est marqué comme ça dans tes statuts. Et les juges ont déjà dit « ok ! »

Car le vote du conseil national ne laisse finalement que peu de place à l’expression des militants : Le « parlement » du parti est statutairement composé de 75 % de membres de droit (élus, membres du gouvernement, référents départementaux) et de 25 % de militants tirés au sort…

Moi, j’aime bien le tirage au sort.

Encore qu’il faille « adhérer » (ce que je n’ai pas fait) alors même que c’est gratos : Aucune cotisation à débourser.

Tout le monde est le bienvenu, à condition de « porter » les valeurs – et programme – d’une caste « auto-désignée » : C’est ça la « démocratie-nouvelle », celle des « marcheurs » et de « Jupiter ».

Car vous aurez remarqué que les « élus (députés, sénateurs), membres du gouvernement, référents départementaux » sont tous soit des ralliés-adoubés, soit des signataires de la charte leur imposant des choix « pas-à-eux » dans leurs fonctions réciproques.

La démocratie des « Maître du monde », elle part seulement du haut, jamais du peuple, c’est comme ça et pas autrement.



Un député du groupe « LaREM-même-pas-en-rêve » à l’Assemblée craint également la mainmise de « Castagneur » sur les élus s’il garde son poste de secrétaire d’État aux relations avec le Parlement : « Le ministre chargé des Relations avec le Parlement est quand même là pour tenir les députés de la majorité. Si en plus Castaner, proche de Macron, dirige le parti, le groupe et le parti seront totalement caporalisés », analyse-t-il.

Hé du kon : Tu y es déjà !

Alors avec ou sans double casquette, il faut bien se rendre à l’évidence, ça ne changera pas grand-chose, d’autant que ton patron de groupe, c’est « Fer-Rang », le celui qui n’hésite pas à faire faire de bonnes affaires sur le dos des cotisants à sa concubine-notoire avec les félicitations du Parquet aux-ordres.


Dommage que ça donne du grain à moudre aux détracteurs de « La République en marche-même pas en rêve », comme le député « Nouvelle Gôche » « Luke-Cacar-nous-va », qui aurait twisté : « Donc le nouveau monde de #Macron, c’est choisir seul dans son bureau élyséen #Castaner patron de #LREM. Euh… et le vote des militants ? »

Ah que quoi ? Il n’a rien compris celui-là : Le militant, il obéit, il milite sur ce sur quoi on lui a dit de faire et de militer, comme un biffin-militareux « aux ordres ». Il n’a pas à réfléchir, il ne sait pas faire et « Jupiter » fait beaucoup mieux que lui !

Demande donc à « Deux-Villes-Liées » ce qu’il en pense…

« Le gourou a décidé que ce serait le barbu ! C’est une secte », lâche, plus direct, un ténor LRD.

Bé oui, c’est lui le « boss », mieux que « Bling-Bling » qui s’y croyait encore il y a moins d’un an…



« Macron tue toute volonté d’émancipation et de concurrence potentielle. Il a mis en place un système d’allégeance totale », observe un ancien responsable « soce » : Enfin un qui ouvre les yeux !

Ou alors il a lu un de mes posts ci-dessus mentionnés.
Je ne sais pas…

Des accusations balayées par l’exécutif, dont un conseiller proche assure ne connaître « aucun président de la République qui n’ait choisi le président de son parti ».

« Même-pas-en-rêve », vous le dis-je : « Giskar-A-la-Barre », il ne s’est pas choisi lui pédégé de son UDF. Et son successeur…

« Le Chi » en a fait autant avec l’UMP. Et son successeur…

« Bling-Bling » pareil !



« « LaREM-même-pas-rêve » a été fait par « Makrond », pour « Makrond » et que tout sera fait pour qu’il soit en capacité de faire un deuxième quinquennat », analyse un membre du parti.

Il n’y a rien de nouveau sous le soleil de la République…

« C’est très logique qu’Emmanuel « Makrond » propose, Christophe sera un rouage essentiel de la majorité. Et si on avait mis une personnalité peu appréciée du chef de l'État, on aurait dit qu'il ne tenait pas son parti… », poursuit le « plus malin ».

Et que même, selon des proches du Président, celui-ci pourrait aussi fournir la liste de tous les membres du bureau exécutif qui sera élu le 18 novembre !
Gag…
Là, je ne rigole plus : C’est vraiment trop drôle pour en plaisanter.

Le Président doit en effet continuer à construire et consolider un parti qui n’a eu qu’une existence fugace avant son élection, notamment s’il souhaite une base solide pour préparer une réélection en 2022.



C’est effectivement un des éléments du puzzle du « coup de force » institutionnel qui se prépare sous votre nez.

Et il y a plusieurs « balises » qui ouvrent des chemins de traverse pour « obliger » à cette réélection, exactement comme nous avons été « obligés » en avril dernier.

Je ne savais pas si j’avais eu raison de préférer l’exil, mais plus ça va, plus je confirme mon choix : Au moins, je n’aurai pas à leur dire « MERCI » !

 

I3

Source : http://flibustier20260.blogspot.fr/2017/10/castagneur-la-tete-du-parti-de-jupiter.html

 

—————

Précédent