Aujourd’hui, on vote aux USA.

08/11/2016 23:55

 

Vous pensiez que ce n’est que pour élire leur président ?

 

Pas du tout !

Vous vous plantez largement. D’abord ils n’élisent pas directement leur président, mais seulement les délégués qui vont aller voter pour le Président.

Bon d’accord, comme il s’agit d’un vote bloqué et d’un seul bloc par État, demain nous saurons mathématiquement qui est le successeur « d’Haut-bas-Mât ».

Mais il n’y a pas que ça : Une partie du Sénat et des Représentants remettent en jeu leur mandat qui arrive à terme.

Des juges, des procureurs (des juridictions subalternes) et des shérifs également.

C’est un peu les effets du « spoil-system », dans la mesure où les citoyens ont pris l’habitude de cocher toutes les cases d’un même parti : C’est plus simple, même si le choix est ouvert au panachage.

Ceci précisé, ce n’est pas tout non plus…

 

Les mêmes doivent se prononcer sur une foultitude de référendums, étatiques ou locaux, qui portent souvent sur des questions complexes et cruciales comme la hausse du salaire minimum, la vente d’armes ou le port du préservatif.

Mais si !

En Californie, il y a tellement de mesures – rien qu’à San Francisco, il y a cette année 42 questions soumises au référendum et un guide d’explication de paraît-il 536 pages épais comme le bottin – que les citoyens auraient trouvé des moyens ingénieux pour résumer les enjeux en créant des chansons, des animations et même des haïkus, ai-je appris fortuitement ! 

 

Par exemple, les électeurs du Colorado doivent se prononcer sur une mesure qui autorise les malades au stade terminal à mettre fin à leurs jours grâce à des médicaments prescrits par leur toubib.

C’est d’ailleurs ce que fait le mien en réduisant mes doses : Je vais finir par en crever, c’est sûr.

Le patient doit être âgé d’au moins 18 ans et deux médecins doivent confirmer qu’il a toutes ses facultés mentales (moi, j’en ai perdu une partie quelle que part).

Dans l’Oregon, le premier État à avoir adopté ce type de mesure en 1997, 132 personnes ont mis fin à leurs jours l’an dernier, trop désespérés du genre-humain.

Quatre autres États ont légalisé, depuis, le suicide assisté.

Mais sans référendum (ils peuvent le faire…).

 

Trois États – Arizona, Colorado, Maine – doivent voter pour augmenter ou non le salaire horaire d’environ 4 dollars, à 12 dollars.

Un quatrième, l’État de Washington, propose, lui, une hausse à 13,50 dollars contre 9,47 dollars aujourd’hui.

Les adversaires de la mesure estiment que ces hausses sont ruineuses pour les entreprises, notamment les restaurants, surtout dans les coins ruraux ou sinistrés économiquement.

C’est sûr que ça ne va pas plaire partout…

 

Un des thèmes de référendum les plus fréquents cette année, c’est de solliciter le vote des citoyens dans au moins neuf États, qui doivent trancher pour la légalisation, d’une manière ou d’une autre, du cannabis.

Les électeurs de la Californie, du Nevada, du Maine, de l’Arizona et du Massachusetts se prononcent sur la marijuana à « usage récréatif », déjà autorisée dans quatre États.

Tous camés, qu’ils vont finir…

Le Dakota du Nord, la Floride, l’Arkansas et le Montana votent sur la marijuana médicale…

Perso, j’en ai déjà eu ma dose à l’hôpital l’année dernière pour affronter les douleurs de ma cicatrice (et surtout ses agrafes…) et j’en ai gardé un peu pour mon prochain suicide : On ne sait jamais si la police politique de mon pays (celui que j’aime tant et qui me le rend si mal) me rattrape à la frontière en cette fin de mois.

Il est probable qu’à l'issue de cette élection la marijuana médicale deviendra légale dans la majorité des États américains en dit-on de sources « bien informées ».

 

La Californie doit aussi décider, comme précédemment révélé, si l’on doit obliger les acteurs de films pornos à porter un préservatif dans l’exercice de leur profession.

Le comté de Los Angeles a déjà voté cette mesure en 2012.

L’industrie du porno y est évidemment hostile…

On se demande pourquoi au juste.

 

Exaspérés par l’incapacité du Congrès à faire voter des lois plus restrictives sur les armes, certains États essaient d’agir.

Le Maine et le Nevada proposent des mesures pour durcir les contrôles en exigeant un examen des antécédents de l’acheteur.

Dans l'État de Washington, une proposition prévoit de mettre en place des ordonnances qui empêcheraient les gens violents ou à tendance suicidaire d’acquérir une arme (y’a les médocs à base d’opiacé pour ça…).

En Californie encore, les électeurs vont se prononcer sur un texte qui imposerait une vérification des antécédents des acheteurs de munitions et l’obligation d’obtenir l’autorisation du ministère de la Justice…

Notez qu’il n’y a encore rien sur les consommations d’alcool, ni l’achat des solvants nécessaires pour faire des explosifs artisanaux…

 

Deux propositions opposées sont mises aux voix en Californie toujours. L’une abolit la peine de mort, l’autre accélère le processus des exécutions.

Quelques 741 détenus sont enfermés dans le couloir de la mort en Californie, un record aux États-Unis.

Et depuis 1978, il n’y a eu que 13 exécutions.

La mesure propose de limiter à cinq ans les procédures d’appel. Si les deux mesures passent, celle qui a reçu le plus de voix sera mise en œuvre.

Le Nebraska doit se prononcer également sur la loi votée l’an dernier qui a aboli la peine de mort.

Dix-neuf États l’ont déjà interdite.

 

Dans l’Indiana, les électeurs doivent décider d’amender la Constitution de l’État pour y ajouter le droit de pêcher et de chasser : C’est que c’est précieux en ces temps de disette…

C’est déjà le cas dans une vingtaine d’autres États.

 

Dans l’État de Washington, une mesure taxerait la vente ou l’usage de certains carburants fossiles. Bizarrement, leurs écololos sont contre parce qu’ils ne sont pas d’accord sur la manière d’utiliser les revenus de cette taxe.

L’argent devrait servir à financer des réductions d’impôts pour les entreprises et les employés pénalisés par la taxe carbone. Les groupes de défense de l’environnement voudraient que cet argent finance les transports publics et les énergies propres…

D’autres adversaires soulignent que cela risque d’entraîner une hausse des coûts de l’électricité et du pétrole.

Si la mesure passe, ce sera une première aux États-Unis.

 

Dans le Massachusetts, une proposition obligerait les éleveurs à donner plus d’espace à leurs bêtes pour s’allonger, tourner et bouger dans leurs cages, ce qui revient à bannir les conditions jugées inhumaines de l’élevage industriel.

Les opposants s’inquiètent d’une hausse des prix des œufs et de la viande.

Des organisations de défense des animaux comme « The Humane Society » ont dépensé plus d’un million de dollars dans cette campagne…

 

« L’Obamacare » a permis d’assurer des millions d’Américains, mais la réforme est loin d'être parfaite.

Une mesure soumise à référendum dans le Colorado créerait un système de santé sur le modèle gauloisien géré par l’État qui couvrirait tous les résidents et remplacerait les assurances privées.

Le système serait financé par une taxe de 10 %.

Pas cher, trouve-je, mais savent-ils au juste dans quoi ils s’embarquent ?

Les partisans invoquent l’énorme hausse des coûts des assurances et le mauvais fonctionnement du « bidule » « d’Haut-Bas-Mât ».

En revanche, les adversaires s’inquiètent, eux de ce plan, qu’ils jugent trop vague et trop coûteux.

Le Vermont avait voté un projet similaire en 2011, mais a dû l’abandonner en raison du coût en 2014.

Tu parles Charles…

 

En Californie, pour y revenir, la proposition 53, prévoit que pour tout projet d’infrastructure de plus de 2 milliards de dollars, comme le train à grande vitesse ou l’Hyperloop de Musk, devrait, avant d’être lancé, être approuvé par un référendum.

Si la mesure est acceptée, ce serait une grande victoire pour la démocratie directe, bien sûr, mais elle risque de compliquer encore la mise en place de grands projets.

Sauf à les saucissonner…

Car, il y en a plein dans les cartons (des planches à dessin)…

 

Naturellement, j’en oublie certainement mais comme vous le voyiez, il ne s’agit pas que des présidentielles.

Chez eux au moins, on les consulte sur plein de sujets (au moins une fois tous les deux ans, à mi-mandat) qu’on fait figure de ringards, de fossiles de la « vieille-Europe » de par chez nous (hors les helvètes d’Helvétie…)

Déjà quand le peuple est consulté de temps en temps, dans un généreux élan de « démocratie-vivante » pour finalement voter « NON » à la constitution européenne, « NON » au plan de rigueur grec, deux Parlements régionaux « NON » au CETA, les britanniques « NON » à l’Europe de Bruxelles, ils hésitent toujours à s’exécuter et parfois on les leur refile quand même sous un autre nom et selon un autre procédé… les fameux « plan B ».

 

On n’en parle plus, mais souvenez-vous de « Bling-bling » d’il y a seulement quelques semaines, qui se foutait ouvertement de votre tronche en affirmant vouloir organiser deux référendums le jour des élections législatives prévues en juin prochain sur le port du Burkini et le regroupement familial (ou autre chose, je ne sais plus) s’il était élu (dehors les sortants !).

On (le personnel politique d’une façon générale) lui avait opposé des arguties techniques (d’ailleurs parfaitement fondées), mais rien quant au fond.

Eh bien en comparaison, je crois qu’on a encore des choses à apprendre en la matière.

Et l’idée, c’est bien de changer de personnel politique, si ce n’est tout de suite, d’ici à 5 ans, parce que ça demande du temps que de préparer les esprits.

Un boulot de plus pour « Juppette », même s’il n’en dit rien.

Alors qu’aux USA, ils y sont prêts depuis des décennies à y revenir tous les deux ans.

Et parfois, ils sont en avance, finalement.

 

On reparle de tout ça demain : Là, je suis en déplacement à Rome depuis hier, loin de mes bases et de mes « archives-à-post », avec un agenda archi-booké de « super-ministre » : Je rentre en principe ce soir.

Encore une histoire de « sauvetage-bancaire », sauf à jouer les prolongations…

 

Source : http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/11/aujourdhui-on-vote-aux-usa.html

 

—————

Précédent