Air France et les pilotes de ligne : lettre ouverte à Michel SAPIN (IV)

31/10/2015 10:30

 

PARTIE IV

 

Dominique Strauss-Kahn, un personnage romanesque

 

Monsieur le Ministre,

 

Après la PARTIE III de cette lettre ouverte, je poursuis la description du niveau de corruption de la classe politique française.

Une description absolument nécessaire compte-tenu du fait que vous avez déclaré au sujet des pilotes de ligne et des difficultés d’Air France » : « Air France mise en danger par une "minorité"… ».

Cette analyse vous appartient mais je vous ai expliqué dans la PARTIE III que c’était un peu plus compliqué que cela car il faut prendre en compte les charges sociales très fortes dans notre pays, les salaires nets bien plus élevés dans les compagnies du Golfe, le stress du métier, les effets du décalage horaire, la radioactivité ambiante dans un avion.

La crise en cours à Air France est multifactorielle et je tiens à revenir sur la "minorité" qui met en danger la France et notre compagnie aérienne nationale. C’est tout simplement une classe politique gravement corrompue, typiquement mafieuse.

Les salariés de la compagnie nationale paient le prix fort pour les mutations économiques et financières planétaires mais aussi par le fait que le pouvoir est confisqué par une élite sans scrupule depuis plus de trois décennies.

Des mafieux peuvent-ils prendre les bonnes décisions pour le pays alors qu’ils sont "tenus" par les "affaires" ?...

Les citoyens ont perdu le contrôle des dirigeants qui peuvent faire tout et n’importe quoi, y compris détourner des sommes énormes.

 

Un pourcentage sur le détournement des « milliards de la Division Daguet » pour Dominique Strauss-Kahn ?...

Aussi, je reviens sur le cas « DSK », ancien ministre des Finances, qui semble au cœur d’un gigantesque détournement de fonds publics, celui des « Milliards de la Division Daguet », de 7 milliards $, mais aussi d’une escroquerie impensable de 23 milliards $ montée lors de l’extinction des puits de pétrole en feu au Koweït en 1991, comme je l’ai expliqué dans la partie précédente.

Bien sûr, un tel niveau de crapulerie apporte quelques compensations, surtout financières, et on se demande quelle a bien pu être la commission de DSK sur ces affaires.

Parce que vous savez que tout mafieux qui dérobe de l’argent le fait en groupe, surtout pour de tels montants, mais se prend aussi sa "petite" commission au passage !...

Aussi, il est souhaitable de bien expliquer, notamment à mes collègues du SNPL et du SPAF (les syndicats pilotes), aux hôtesses et stewards du Syndicat National du Personnel Navigant Commercial (SNPNC), et aux travailleurs de la CGT Air France, mais aussi à tout le personnel d’Air France, quel est le réel niveau de corruption de la classe politique.

Qu’ils sachent vraiment à qui ils ont à faire.

Les métiers de l’aéronautique sont particulièrement exigeants notamment du point de vue de la sécurité qui est vitale dans le transport aérien.

Si les pilotes, bien sûr, ont des responsabilités parfois lourdes, épuisantes, de nombreux autres membres du personnel sont eux aussi confrontés à des exigences techniques et/ou organisationnelles qui doivent être absolument respectées :

-      les mécaniciens qui entretiennent les avions ;

-      les agents du fret qui trient et chargent le fret à bord des avions cargos et passagers ;

-      le personnel d’embarquement qui conseille et oriente des milliers de personnes chaque jour ;

-      les PNC qui sont toujours prêts lors des décollages et atterrissages à faire une évacuation de secours ;

-      les commerciaux qui recherchent une clientèle naturellement versatile ;

-      les financiers à la recherche de l’équilibre financier ;

-      et tant d’autres encore…

 

Aussi, je tiens absolument à souligner qu’il y a bien DEUX MONDES QUI VONT S’OPPOSER DANS LE CONFLIT AIR FRANCE :

LE PREMIER EST LE MONDE DE L’AÉRONAUTIQUE ET DE SES CONTRAINTES OPÉRATIONNELLES EXTRÊMEMENT EXIGEANTES DE SÉCURITÉ, DE RIGUEUR, DE SÉRIEUX. LE DEUXIÈME MONDE EST CELUI D’UNE CLASSE POLITIQUE "POURRIE JUSQU’A LA MOELLE", AUTHENTIQUEMENT MAFIEUSE.

On peut aussi inclure dans le « monde » des métiers techniques et scientifiques extrêmement exigeants la construction aéronautique et l’industrie spatiale, l’industrie nucléaire et la médecine, dont en particulier la chirurgie.

Mais, pour ce qui nous occupe, l’avenir de la compagnie Air France, on risque d’avoir une telle montée en pression dans les semaines et les mois qui viennent que la RÉVÉLATION AU PUBLIC DES MILLIARDS DE LA GUERRE DU GOLFE DÉTOURNÉS EN 1991 POURRAIT BIEN ÊTRE L’OCCASION DE COLLER UN GIGANTESQUE "COUP DE PIED AU KUL" A UNE CLASSE POLITIQUE INDIGNE, MAFIEUSE ET TOTALITAIRE !...

Après cette crise, pour ma part, je propose que les sénateurs soient tirés au sort parmi des citoyens volontaires.

 

Je reviens à DSK…

Notre « chimpanzé en rut », comme l’a surnommée la jolie Tristane Banon, est un personnage romanesque à lui tout seul capable d’être le sujet d’un film pour ses pratiques sexuelles un peu brutales au Sofitel de New York.

Mais il peut aussi inspirer des auteurs de romans !...

Vous savez que les francs-maçons américains, de très haut niveau, ont particulièrement mal pris le détournement des indemnités de la guerre du Golfe car cela signifie que la corruption s’est développée à un degré inégalé dans notre pays qui rejoint les pays rongés par une corruption endémique et incapables de se développer économiquement pour cette raison ?...

Notre pays n’est plus fiable depuis 1991 pour les Américains.

Et notre « satyre du Carlton » a très bien pu inspirer un entretien romanesque entre un Grand Maître maçon américain, Harry Harrison Junior (IV), et le capitaine de frégate Paul de Bréveuil tel que c’est raconté dans le roman « Mains invisibles » de « I-Cube » :

Extrait de « A l’assaut des comptes DLK (1/2) » :

« La seconde moitié, dédommage celui qui a eu l’idée originelle du détournement des fonds dus à Ferrayé. Mais lui s’est fait payer et livrer en valise de billets. Un tel paquet, ce n’est pas courant et ça laisse des traces dans les mémoires. »

Leurs fameux dollars dont ils entendent faire la police ?

« Exactement. Et qu’est-ce qui ne laisse pas de trace, dans aucun compte bancaire, sinon une valise de billets ? »

D’accord, mais il en a fait quoi, le ministre de l’industrie de l’époque ?

« Comme ils ne sont pas ressortis et qu’il a un train de vie déjà « hors-norme », on suppose qu’il les a placé en bons anonymes d’abord, puis ensuite, là on est sûr, directement en « or-papier » au porteur, sur la propriété de vrais lingots. »

Un banquier placer son pécule en or ? En voilà une idée saugrenue qui est étonnante !

« Il n’était pas encore banquier à l’époque, mais avocat-ministre et… politicien de surcroît ! »

Oui. Des titres aux porteurs ou des bons anonymes, c’est plutôt logique pour un « politicien ». Et alors ? Ses titres au porteur sont sous son matelas ou sous son oreiller ? 

 

Extrait de : « A l’assaut des comptes DLK 2/2»

« On a récemment compris la destination du pactole : Hong-Kong, dans un coffre de la Banque of China. 500 millions de dollar d’once d’or-papier de l’époque, qui valent désormais 4 fois plus compte tenu de l’actuel cours de l’or. Deux milliards ! »

Beau placement, finalement. Bien plus et beaucoup mieux que n’aura su faire le cabinet de Lady Joan et son trust à la même époque et pour la même période !

« Et comment vous savez tout ça ? »

 

« D’abord, nous n’avons pas compris l’objet de son voyage en Chine en mars 2011. »

Il est certes parti à l’invitation du Google chinois avec une quarantaine d’économistes conférer une grosse demi-heure payée cash.

« C’était sans doute bon pour son moral de « témoigner » pour l’histoire, avant de le faire devant votre Sénat. Mais dans son emploi du temps, il y avait plusieurs trous et un passage inexplicable pour un détour anormal au comptoir de l’agence de HK de la BoC. » 

Une chose étonnante et sans relation avec ses affaires du moment.

Et puis le bonhomme s’est récemment fait nommer à la tête d’une banque d’affaires luxembourgeoise, « la Compagnie Financière « Anal-Kevlar », un groupe fondé en 1994 par Thierry Luynes, un entrepreneur de la première heure dans le secteur bancaire et financier, co-fondateur de Cons-sort, Synthé-sis Bank, Établissement de la Financière de l’Échiquier, Esseya, First-Competition, etc., quelques-unes de ses juteuses filiales.

Avec la promesse de partir en Chine lever 2 milliards de fonds à mettre sous gestion avec sa fille Valérie… Vous saisissez ? »

Paul avait pu croiser la petite brune trentenaire dans le hall de l'ESSEC où elle enseignait l'économie à un moment quelconque lors de ses tournées en BDE pour y refourguer ses flacons d'alcools forts : elle voulait aussi son lot !


L’Assemblée Générale du 18 octobre 2013 a validé le principe et l’ancien président-fondateur restera administrateur délégué et conservera la présidence des filiales du Groupe au Luxembourg, en Belgique, à Monaco, en Israël, en Suisse et en Roumanie.

« Le Groupe rassemble aujourd’hui différents pôles d’activités financières réglementées, à savoir la gestion d’actifs, le corporate finance, l’intermédiation financière et l’assurance.

En bref, l’ancien ministre s’est acheté une licence de banquier et une salle des marchés, un peu comme Airbus a pu le faire il y a quelques semaines seulement en Allemagne, afin d’y rapatrier et gérer son pactole en famille… »

Autrement dit, « DLK » prend la tête d’un groupe qui ne lui appartient pas, sur une vague promesse d’en faire des tonnes, laisse la gestion des activités préexistantes à l’ancien patron et se charge de gérer la verrue de ses propres fonds à lui ?

Belle manœuvre.

« Et je fais quoi, là-dedans, Harry ? »

 

Il part pour Hong-Kong avec un passeport et une procuration se faire ouvrir le coffre et vendre les certificats au plus offrant.

« Une équipe à nous vous pilotera sur place de votre arrivée à votre départ. »

Un coffre, ça a une combinaison secrète et une clé… en principe.

« C’est mon cadeau : la clé, c’est l’employé de la banque qui l’a. La combinaison est simple, puisque ce sont les 6 chiffres du jour, du mois et de l’année de naissance de sa fille… Le Monsieur ne souhaitait sans doute pas oublier la date d’anniversaire de sa gamine née d’un premier mariage. Pensez-y : droite, puis gauche, puis droite, puis gauche, etc. »

La gauche, Paul depuis quelque temps, il n’aimait plus trop.

La droite, ça devait pouvoir aller encore quelques temps, mais pas bien longtemps non plus.

« Une question, mon cher Harry. Si vous savez « tout-ça », pourquoi ne le faites-vous pas vous-même ? Autrement dit, il est où le piège ? »

Rire plus discret, cette fois-ci.

 « Monsieur de Bréveuil, depuis votre passage chez le pape, vous êtes hiérarchiquement mon égal dans la franc-maçonnerie. Et j’imagine que vous connaissez notre serment de fraternité… ».

 

Extrait de « De Hong-Kong à Kiev en passant par Washington (1/2) » :

« Ils arrivent dans la nuit, il fait frais et pluvieux et une voiture les conduit directement au pied du building de la BoC implanté au milieu du quartier des affaires depuis les années 70.

Une époque où HK était encore britannique et ouvert à tout le monde…

 

L’affaire est entendue en une paire d’heure dès après l’ouverture des portes.

Ouverture d’un compte.

Dépôt et vérification de la fausse procuration.

Descente à la salle des coffres. Ouverture.

Le coffre est vidé de ses certificats.

On remonte l’ensemble dans un bureau à l’avant dernier étage du building.

Cession des titres au porteur, rachetés par la banque qui se frotte les mains dans la mesure où il est de politique constante de rapatrier à Pékin tout le métal jaune disponible sur les marchés avec les dollars disponibles des dépôts : la Chine n’est pas l’atelier du monde occidental pour rien, et se fait payer aussi et encore en dollar américain.

Virement des sommes sur le compte ouvert à peine plus tôt.

Exécution d’un ordre de virement sur le compte de la banque portugaise.

Fermeture du compte, le tout en deux tasses de thé…

Poignées de mains, sourires et courbettes convenus et, sur le trottoir, Paul se fait confirmer par Barbara que l’ensemble des opérations a bien été enregistré, le tout à transformer en euro par « petits-bouts » et que, comme convenu préalablement avec Anjo, les fonds sont repartis sur le hedge-fund des Bahamas… »

 

 

Dans le roman « Mains invisibles », notre agent de la défense, le capitaine de Frégate Paul de Bréveuil, prend l’identité d’un trafiquant d’armes vivant au Luxembourg afin de vider tranquillement le compte de LSK à Hong-Kong de ses deux milliards $ en bons au porteur en titre or.

 

Evidemment, ça ne se passe pas très bien pour celui dont l’identité a été volée.

 

Extrait du chapitre « Rene Van Molenbeek »…

À son retour après quelques contrats exécutés dans les semaines passées, le bonhomme reçoit la visite d’un « émissaire » qui l’intercepte sur le chemin entre son domicile, rue des Trois-glands, du nom du bois attenant, et son marchand de presse situé rue Vauban à Lëtzebuerg, rive droite de l’Alzette-Uelzecht qui traverse le Grand-Duché du sud au nord.

C’est un homme obèse, suant sous la fraîcheur matinale qui le prend à parti sur un ton aimable, s’exprimant en allemand.

« Herr Molenbeek, il va vous falloir rendre l’argent. »

Quel argent ?

« Les deux milliards que vous avez volé à Hong-Kong. »

Rene pense que l’autre affabule totalement. Et s’il n’y avait pas cette trace de détermination dans le regard, ni le fait que l’inconnu connaît son nom, le vrai, il aurait pris cette intervention comme d’un gag pour mieux en rire.

« Je ne suis jamais allé à Hong-Kong… »

Ce qui est faux, mais c’était il y a très longtemps, « même qu’il a oublié, ou qu’il ne sentait pas bon » sur le moment.

« Nous avons des photos. Mon commanditaire ne peut pas faire un trait sur ces deux milliards de dollars qui lui appartiennent. Vous comprendrez. »

Des photos ? Il voudrait bien voir ça…

L’homme lui ressort de sa poche le cliché pris par la caméra de sécurité de la banque.

« Vous voyez bien que ce n’est pas moi ! Vous faites erreur. »

Normalement, l’entretien aurait dû s’arrêter là.

« – Nous ne nous trompons pas. Vous êtes gérant d’un hedge-fund situé aux Bahamas et valorisé à hauteur de presque 14 milliards d’euro. Vous avez huit jours pour restituer l’argent volé.

– Comment ? 14 milliards ? Vous rendre quelque chose que je n’ai pas ? Vous délirez, mon ami ! 14 milliards : il n’y a pas écrit reine d’Angleterre sur mon front, non plus !

– Passé ce délai et même si continuez de prétendre que vous ne les avez pas ou plus, votre sécurité ne sera plus assurée…

– Parce que vous comptez m’abattre, là comme ça, dans la rue et abandonner votre pactole ? Mais vous délirez complétement, Monsieur ! On ne tue pas des gens sans raison, dans ce Duché !

– Nous, non ! Mais mon commanditaire si !

– Vous êtes qui ? La pègre pour parler comme ça ? Mais je vais de ce pas m’enquérir de la maréchaussée, figurez-vous !

– Comme vous le voulez. C’est vous qui avez votre sort entre vos mains.

– Vérifiez vos informations, Monsieur, avant de lancer n’importe quel fatwa sur n’importe qui : si je disposais de 14 milliards de dollar, je vivrais sous les tropiques, pas ici ! »

Un argument qui laisse froid son interlocuteur qui se détourne et s’en va, non sans laisser tomber un : « Huit jours. Vous aurez été prévenu ! »

 

 

Tout ceci est un roman qui n’a rien à voir avec notre ex-ministre de l’Industrie, et ex-ministre des Finances, presque adulé des foules avant qu’il ne tombe victime de ses excès sexuels.

Il est vrai qu’il est aussi victime de la faillite de la société LSK qu’il avait fondé avec Thierry Leynes défénestré d’une tour à Tel Aviv pour cause de faillite retentissante causée par l’incapacité de DSK à lever les deux milliards $ qu’il avait promis à son associé !... Celui-ci a maintenant sur le dos une plainte pour escroquerie de 156 clients qui l’accusent de leur avoir fait perdre 100 millions $ !...

C’est tout de même bizarre pour quelqu’un qui devait ramener de Chine deux milliards $ comme il s’en était vanté à la presse en mars 2014 !...

 

J’arrive au moment, Monsieur le Ministre, où je me dois de vous faire une petite recommandation, car il me semble que vous devenez, me semble-t-il, de plus en plus complice de ce détournement de fonds.

En effet, plusieurs courriers vous ont été adressés (en A/R) au sujet du détournement des indemnités de la guerre du Golfe :

1/ Lettre d’un vétéran des OPEX à Michel SAPIN en date du 5 juin 2004 ;

2/ Guerre du Golfe 1991 : Lettre à Michel SAPIN (II) en date du 12 janvier 2015 ;

3/ Guerre du Golfe 1991 : lettre à Michel SAPIN (III) en date du 26 janvier 2015 ;

4/ Air France et les pilotes de ligne : lettre ouverte à Michel SAPIN (I) (envoyé par email via le service Intelligence économique du ministère).

Vous n’avez jamais ouvert d’enquête ou transmis le dossier à la justice, me semble-t-il.

C’est de « l’autisme » ou de la complicité ?...

Les lecteurs apprécieront. Et les juges aussi, peut-être, si vous ne transmettez pas le dossier sans délai au Procureur de la République comme vous y oblige l’article 40 du code de procédure pénale.

Pour l’instant, la seule explication est que le système est devenu tellement mafieux que vous êtes prisonnier de vos contradictions, que vous êtes tenu par l’Omerta.

 

Mais il y a pire.

Je veux parler des MÉTHODES DE MAFIEUX QUI CONSISTENT A ÉLIMINER DES GENS, EN DEHORS DU DROIT, SUR SIMPLE DÉCISION PRÉSIDENTIELLE.

JE CROYAIS QUE LA PEINE DE MORT ÉTAIT ABOLIE !...

EN TOUT CAS, PAS POUR FRANCOIS HOLLLANDE !...

Dans le livre « Les tueurs de la République » de Vincent NOUZILLLE, on découvre un vaste reportage sur le programme criminel d’assassinats mené par l’État français.

On cause des américains et de leurs drones, on a tout su ou presque des crimes soviétiques, nazis, chinois, coréens, cambodgiens, de ceux du Mossad, etc., mais assez peu de chose de tous les autres, comme si cela n’existait pas.

Eh bien on découvre avec stupeur, et parfois une certaine fierté morbide et patriotique aussi, il ne faut pas se le cacher, que l’actuel président et le renseignement mène une campagne de meurtres d’une ampleur sans précédent depuis la guerre d’Algérie du temps du premier ministre social-démocrate Guy Mollet.

À cette fin, il maintient une liste de cibles, qui contiendrait des terroristes présumés, même pas jugés, dont lui et les services de sécurité ont décidé l’élimination sans aucune autre forme de procès.

« La liste est ultrasecrète. François Hollande la garde précieusement non loin de lui, dans son bureau du palais de l’Élysée. Elle contient les noms des personnes dont l’élimination a été secrètement approuvée. Selon les circonstances, il peut s’agir d’assassinats ciblés confiés à des soldats, des agents des services secrets français ou de pays amis (l’opération d’élimination d’un commando en Somalie a ainsi bénéficié des moyens américains). Le Service Action (SA) et la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) et les commandos des forces spéciales des armées n’ont, aux dires des connaisseurs, jamais été autant sollicités ».

D’après l’auteur, il établit cette liste de meurtres à commettre derrière le dos de la population, grâce au silence complice des médias et des forces de la « gauche radicale » qui soutiennent sans le dire le Parti soce (PS) au pouvoir.

« François Hollande décide seul de ces opérations exceptionnelles. De fait le président ne partage sa liste de cibles qu’avec une poignée de proches qui le conseillent et savent se taire, trois personnes principalement : son chef d’état-major particulier, le général Benoît Puga ; son ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian ; et le directeur de la DGSE, le diplomate Bernard Bajolet ».

Il décide aussi de supprimer les opposants politiques ?...

Vous savez que ces pratiques mafieuses – car il s’agir bien de cela : éliminer les gêneurs - n’existent pas en Norvège, en Suède, en Finlande, au Danemark, en Allemagne, en Espagne, en Italie, en Grèce, et dans bien d’autres pays encore ?...

 

C’est là la triste constatation que je peux faire : nous sommes dirigés par des mafieux qui pillent le pays et maintiennent une Omerta en raison de la peur qu’ils provoquent par des assassinats programmés qu’ils peuvent décider en toute impunité.

Mais il ne faut pas oublier que le dossier des « milliards disparus de la Division Daguet » est maintenant bien connu dans les armées, notamment par les plus anciens de le DGSE qui connaissent des « frères d’armes » souffrant du syndrome du Golfe, jamais reconnus et jamais indemnisés.

Et ils grognent derrière leur FAMAS…

Bien à vous !...

 

Jean-Charles DUBOC

Commandant de bord B747/200

Retraité

 

PARTIE I : Air France mise en danger par une "minorité"…

PARTIE II : Des États généraux du transport aérien ?...

PARTIE III : Interrogations sur Dominique Strauss-Kahn…

PARTIE IV : Dominique Strauss-Kahn, un personnage romanesque

 

 

—————

Précédent


Sujet: Air France et les pilotes de ligne : lettre ouverte à Michel SAPIN (IV)

Aucun message nʼ a été trouvé.