Aaaah les « autistes-trisomiques » appliqués…

14/11/2016 20:09

 

Qu’est-ce qu’ils sont drôles, finalement !

 

Tous ces « sachants » qui « sachent » tout de tout, censés vous éclairer de leurs informations de première-main, avec leurs opinions définitivement arrêtées et solidement étayées vous expliquent désormais que l’élection de « McDonald-Trompe » était PRÉ-VI-SI-BLE !

Voire évidente…

Mais si, lisez-les, écoutez-les doctement et avec un immense respect, svp !

Leur cécité ne les rend même pas plus humbles que d’habitude : Ils ont une explication à tout, comme à l’accoutumée.

INCROYABLE !

Non mais là, qu’est-ce que je me bidonne depuis quelques jours, je ne vous dis pas !

Même mon « boss-à-moi » ne s’est pas laissé surprendre par la doxa ambiante : « Trompe » ne pouvait pas gagner, il en était convaincu comme tout le monde et pourtant, il avait mis son réveil à sonner à trois heures du matin, des fois que…

Les leçons du « Brexit ».

 

Eh bien, malgré le marathon romain qui l’avait rincé, il était devant ses écrans de trading pour tirer la « quintessence » des premiers résultats qui se traduisaient par une chute de la bourse de Tokyo !

Et ça a duré toute la journée, mais que la journée, cette fois-ci : il a pu acheter à découvert, à la baisse et revendre ses positions, à la hausse en clôture pratiquement sur toutes les places !

Sauf sur Tokyo, où il aura fallu attendre la séance suivante.

Les élections, ils adorent ça finalement.

Et je suis d’ailleurs en charge de préparer celles du 4 décembre en Italie, sur les valeurs de Milan…

Parce que « Mat-et-Eau-Rein-z’y », en prenant le risque d’un plébiscite personnel risque d’être rincé : À chaque fois que le peuple est consulté sur des questions complexes, il répond « NON » partout depuis 2005 (et le TCE).

Je te vous jure !

 

1100 points, c’est la variation du Dow Jones entre son niveau le plus bas de la nuit, avant l’annonce des résultats, plus de 800 points de baisse et finalement une clôture en hausse de 256 points.

Je ne te vous dis pas le pognon qu’il s’est fait, mon « boss-à-moi » pour ses clients fortunés…

Pour le CAC, il fallait être rapide, car n’a même pas eu le temps de s’effondrer après l'ouverture des marchés européens, que la tendance s’était soudainement inversée. Et revoici donc l’indice parisien au-delà de ses plus hauts. Et ça continue volatilisant les « résistances ».

Le Nikkei aura effacé sa chute de la veille avec une hausse de près de 7 %. Même la Chine, pourtant systématiquement attaquée par « Trompe-tout-le-monde » dans sa campagne, se paie le luxe d’une journée totalement « paisible ».

Le mouvement le plus spectaculaire c’est la hausse des taux aux États-Unis avec un taux à 10 ans revenu à 2 %.

Après sa chute brutale de la nuit, le dollar a retrouvé des belles couleurs avec un euro à 1,0940 $US.

Il s’est envolé contre le yen à 105,40 yens. L’or a re-glissé mais il reste tout de même très proche des 1.300 dollars l’once, preuve que tout le monde ne croit pas au scénario qu’on nous vendait la semaine précédente et le pétrole est resté au-dessus des 45 dollars.

En fait nous sommes à des niveaux largement meilleurs que quand le marché était convaincu que « Pine-tonne » serait élue.

 

Si on pousse un peu, la présidence de « Trompe-tout-le-monde » est en fait une super bonne nouvelle pour l’économie des États-Unis et l’économie mondiale, et donc pour les marchés, d’après les mêmes qui n’avaient rien vu venir.

Souvenez-vous de ce que je vous en rapportais

En fait tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

Tout ça n’était en fait qu’un épiphénomène et on peut tous retourner tranquillement à nos occupations quotidiennes. On peut même se mettre à nouveau à attendre les réunions de la FED sans effroi !

Les analystes financiers expliquent désormais que la hausse des marchés par le côté pro-business de « Trompe-la-mort ».

En vrac, la baisse des impôts, dont on ne sait pas comment elle sera financée, les grands travaux, dont on ne sait pas non plus comment ils seront financés, une plus grande liberté laissée aux entreprises, dont on ne sait pas comment elle se traduira en matière d’emplois, et j’en passe, tout ça, on ne le réalisait pas jusqu’à l’autre jour mais en fait ce sont d’excellentes nouvelles…

Il aura suffi de quelques mots conciliants prononcés par le futur président US lors de sa victoire pour qu’on explique d’ailleurs que « Trompe-Président » n’a déjà rien à voir avec « Trompe-candidat », transfiguré, comme touché par la grâce-divine !

Il lui suffira de changer de coiffeur (le Président-gaulois pourrait lui prêter le sien…) et il deviendra parfaitement fréquentable… Parce que là, il ressemble à s’y méprendre à « Beau-bo-Rice-John-sonne », l’ex-maire de London, qui a œuvré pour le « Brexit » et se voyait bien dans les pompes de « Camé-Rhône »…

 

Qu’elle facilité étonnante voire stupéfiante avec laquelle tout le monde retourne sa veste…

Même sur les marchés, là où la densité de neurone reste quand même la plus élevée !

Et pourtant, si le personnage a effacé tous ses « twists » les plus torrides (même que le roi d’Arabie Saoudite l’en a félicité), les lignes de son programme les plus controversés, personne ne sait s’il est le nouveau « Rit-gagne », s’il va ou non abandonner des visées protectionnistes destructrices pour les États-Unis et pour l’économie mondiale et comment on fait pour gouverner un pays totalement coupé en deux. 

Et puis ce n’est pas tout : Les « marchés », c’est bien, c’est un excellent thermomètre des « anticipations » (même quand il ne fait pas la météo), mais depuis, dans les journaux on « décrypte », c’est le grand mot du moment, et on commente.

On décrypte ce qui, finalement, était, évidemment… évident : Le rejet des élites, la déconnexion de la classe politique et du monde médiatique avec la réalité de d’Amérique pas si profonde que ça (et c’est valable pour tous les pays, même la « Gauloisie-gauloisienne »), le désastre des sondeurs, une fois de plus, la révolte du « petit peuple », la précarité etc. etc. etc.

Tout était PRÉVISIBLE, donc.

 

En revanche, comme j’ai toujours pu vous l’affirmer, cette élection-là va avoir probablement un impact direct sur les nôtres et même peut-être la « primaire-de-droâte et du centre ».

Je suis honnête avec vous : Pas tout-à-fait comme je l’imaginais !

« Juppette » baliserait compte tenu de la déroute des sondeurs ; « Du-pont-Gnangnan » se voit déjà élu Président ; votre « Capitaine-de-pédalo-à-la-fraise-des-bois-tagada » s’y croit lui aussi avec son chômage qui commence à peine à décroître à la marge ; « Bling-bling » se veut soudain le porte-drapeau de tous les laissés pour compte du pays !

Arf, la grosse rigolade, là !

« Non mais, allo, quoi ? »

La grosse récup’ !

Lui, le porte-la-parole des « sans-dents »… ?

Je rêve !

Plus il avance dans l’obscurantisme, plus il s’enfonce dans la cécité, celui-là !

Tous autistes qu’ils ont toujours été, finalement !

 

Il n’y en a qu’un, pas forcément le meilleur, qui sort un peu du lot : C’est « Raf-la-main-sur-le-cœur » qui a enfin compris !

Il doit venir lire ce blog, ce n’est pas possible autrement…

Là où les sondeurs américains se sont seulement plantés, mais on ne leur posait pas la question, c’est qu’il y a eu 45,8 % d’abstention !

Et ce n’est pas le plus faible des taux (51 % en 1996…), contrairement à ce qu’on vous raconte.

Alors refaites donc les comptes : À ce niveau-là en « Gauloisie-Gauloisienne », avec seulement 10 millions de suffrages, « Marinella-tchi-tchi » est élue au premier tour.

Scénario qu’elle n’est pas loin d’atteindre, tellement elle se réjouit des nouvelles venues de Washington.

 

Mais se pointe désormais à l’horizon un second scénario : La multiplication des candidatures !

À « droâte », « Bling-bling » exclu dès le premier tour (mais aussi au second) de la primaire qui embarque avec lui les équipes des « Républicains-sa-botte-pas-du-tout-démocrates » pour une candidature « sauvage » et une multiplication à « gôche ».

Là, c’est parti : Les « soces », « Mes-Luches », les « cocos », les « verdoyants », l’extrême-gôche, d’où ressortirait … « Mes-Luches » !

Un hold-up à l’autrichienne.

Un nationalisme des patries, contre un nationalisme social chez vous : « Trompe-qui-peut » est le seul à prétendre pouvoir faire la synthèse des deux !
C’est vous dire si « Marinella-tchi-tchi » attend un ferme coup de pouce de Washington d’ici le début de l’année prochaine…

 

Croyez-moi, dans ces conditions, face à ce choix-là, je ne serai même pas le dernier à ne pas faire l’aller et le retour pour voter au second tour de mai 2017…

Déjà que j’ai fait l’effort de voter « Cheminable » aux deux tours de 2012, je ne vais quand même pas perdre mon temps par deux fois !

Et elle passe les doigts dans le nez (et une bite dans le kul selon la formule consacrée de mes jeunes-années de handballeur, quand le but marqué était scabreux, mais ça, je ne sais pas), dans cette seconde hypothèse.

Pas pour rien que je vous sermonne depuis juin 2014 avec le « Front-du-refus » !

De toute façon, avec « Mes-Luches », vous ne perdrez rien : C’est le même programme, en moins brutal.

 

Ceci dit, il faut noter que les sondeurs ne se sont pas du tout plantés comme on vous le raconte : Ils donnaient le vote « Il-a-rit » plus nombreux que le vote « Trompe-tout-le-monde ».

ET ILS ONT EU RAISON : 47,7 % contre 47,5 % !

La candidate démocrate a récolté 206.590 suffrages de plus que son rival républicain sur les 231.556.622 Américains appelés à voter…

Un truc qu’ils ont déjà vécu par la passé outre-Atlantique, par 5 fois et la dernière il y a 16 ans où « Double-V-Bou-bouche » s’était imposé en 2000 face à « Halle-Goré » tout en échouant à remporter une majorité de votes…

Pas suffisant, point-barre.

 

Alors vos « éliteux » ils se mettent à imaginer que la rue va changer les choses !

Quoi ?

Quelques milliers de manifestants sur les campus ? Laissez-moi en rire.

Que les sites de migration canadiens sont débordés…

Hein ?

Mais c’est tous ceux qui n’ont pas de papier en règle qui se cassent, ni plus ni moins (comme en Turquie venant de Syrie) !

Que peut-être des « Grands-électeurs » pourraient finalement ne pas voter « Trompe-qui-peut »…

N’importe quoi : Il en faudrait plus de 40 !

Il n’y a que deux États sur 50 qui appliquent une « certaine » proportionnelle, et encore sur cette élection-là, ils ont voté « Trompe » pour une large majorité dans le Nebraska et, dans le Maine, il y aura trois grands-électeurs pour la démocrate et un autre pour le candidat républicain.

Ce qui ne changera rien.

 

Et on note qu’ils ne se sont pas plantés non plus sur le cœur de l’électorat.

Dès mai dernier, on savait déjà le profil d’un supporteur-moyen de « Trompe-qui-peut » : Plus riches et plus diplômés que la moyenne des Américains et même que les défenseurs de sa concurrente : Contrairement à ce qu’on vous serinait la semaine dernière, l’élection de « McDonald » ne peut se réduire à une révolte des « petits blancs » ou à la vengeance du « pays réel » face aux élites côtières.

Chez les Américains les plus riches (plus de 250.000 $/an, soit 5 fois le revenu médian US), on a voté « Trompe-tout-le-monde » à 48 % (son score national est de 47,5 %).

Même chose chez les 50.000 $ à 250.000 $.

Ça n’est que lorsqu’on descend au-dessous de la barre des 50.000 $ de revenu, soit le revenu médian, celui des 50 % de la population US gagnant le moins, que le vote bascule en faveur de « Pine-Tonne ».

C’était elle, la candidate des « sans-dents » (et non pas des « z’élites » comme on vous l’a raconté à tue-tête !). Conclusion minimaliste : C’est plus compliqué que ça !

Il faut dire que le programme de « Trompe-qui-peut » prévoit une réforme fiscale dont l’impact (selon les calculs du Tax Policy Center) serait de réduire de 47 % les impôts du 1 % des Américains les plus riches…

 

Mais il n’y a pas que ça qui me fait fendre la pipe : Le plus drôle étant quand même ce que j’ai pu lire de chez votre philosophe normand « On-fraie », de ceux qui se prennent pour une lumière de l’univers.

Lui voit « Trompe-tout-le-monde » comme une « poupée gonflable du capitalisme » !

Rien de moins léger pour ce prétentieux autoproclamé-là…

10 milliards de dollars de fortune personnelle (certains disent 45, lui en dit 6,5), c’est sûr que c’est « gonflable » à l’hélium, je suppose…

L’autre « lumière », que je ne supporte pas plus, c’est « bé-hache-aile » qui en dit que tout ça, c’est que la faute à que « Il-a-rit » elle a perdu !

Ooooh punaise : Là, il a réfléchi vraiment « très-beaucoup » pour sortir une pareille lapalissade !

Franchement, tout cela est bien drôle et joyeux de trisomie-appliquée, il n’y a pas d’autres mots.

 

Ceci dit, c’est toujours facile de critiquer le propos d’autrui (d’autant mieux sur le sujet de sa propre merdouille), mais pas un seul ne vous aura fait remarquer deux choses que je notais en réponse au commentaire de « l’Ami-râle » sous mon post de jeudi dernier.

D’abord, « Trompe-tout-le-monde » a été élu contre son propre parti, à la hussarde !

« Par la chatte » pourrait-il en dire.

À 71 ans et sans viagra, chapeau : le quasi-septa « Juppette » a encore ses chances…

De plus, les républicains lui doivent le Sénat, alors même qu’ils réfléchissaient déjà à la façon de faire le dos rond pendant 4 ans et à se « refonder » !

Joli retour de manivelle…

Mais lui ne leur doit rien. Absolument rien, bien au contraire.

Ce qui ne veut pas dire qu’il aura toute facilité pour gouverner, loin de là.

En revanche, « élu par le peuple, pour le peuple », contre toutes les élites du capitalisme de connivence – qui pour l’heure se régale (cf. ci-dessus) – il a donc les mains libres pour mettre en œuvre son point-28 : Nettoyer les écuries d’Augias !

Lutter contre toutes les corruptions qui gangrènent son pays (et quelques-autres, dont le mien, celui que j’aime tant et qui me le rend si mal !)…

Il l’a dit et répété : C’est clair !

Le fera-t-il ?

 

Il peut très bien rentrer dans le rang, par confort, paresse et facilité, comme il peut très bien décider de bousculer l’establishment (il ne risque rien, n’a rien à perdre et peut encore tout prouver) et de faire son opération mains-propres.

Et Dieu sait s’il en connaît sur le sujet pour avoir fréquenté les milieux politiques, y compris internationaux, durant des décennies dans ses affaires du BTP !

Alors, avec l’appareil d’État à sa disposition, une petite-chaîne-télé sous le coude comme il l’a déjà préparée, ça pourrait vraiment décoiffer…

Je préviens, je suppute c’est tout.

 

Conséquence directe, ce serait 30 ans de scandales qui referaient alors surface avec la violence d’un tsunami force 9.

Les histoires de pipe-à-pine-tonne, le Watergate, tout ça, à côté, c’est de l’enfantillage (c’est le cas de le dire).

Qui déborderait jusqu’en Europe, parce qu’en plus, il n’a pas sa langue dans sa poche, on le lui a assez reproché pour en être convaincu.

Trop tard pour « peser » sur nos primaires ?

Possible, je ne sais pas.

Mais pas trop tard pour le scrutin de mai prochain, loin de là…

Quoique, ça puisse paraître « un peu court » à certains.

 

Ceci dit, il faut préparer l’hypothèse et je ne peux que constater que le meilleur rempart pour nos propres institutions – j’y reste attaché, à cette constitution Gaulliste-là, toujours –, notre état de droit – piétiné inutilement par l’état d’urgence qui se poursuit –, ça reste « Juppette ».

Comme je dis toujours : À suivre car rien n’est encore joué !

Mais ça chauffe enfin !

 

Ceci dit et pour finir par une note « rigolatoire », une de plus, félicitations aux anglais : Ils se sentent désormais moins kons avec leur « Brexit ».

Qu’ils ont même intérêt à confirmer fissa s’ils ne veulent pas participer à la débâcle des institutions européennes qui tardent à entamer sa mutation et sera emportée à son tour par « Trompe-la-mort ».

Moi ce que j’en dis, n’est-ce pas, c’est comme toujours : Je me bidonne de la comédie humaine que nous livrent les « mains invisibles » en éternel optimiste, finalement !

 

Source : http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/11/aaaah-les-autistes-trisomiques-appliques.html

 

—————

Précédent